Il y a 10 ans: un tireur entre au Métropolis lors du discours de victoire de Marois

MONTRÉAL — Dix ans après l’attentat du Métropolis, un devoir de mémoire s’impose toujours pour protéger la démocratie contre les discours violents et haineux, plaide l’ex-première ministre du Québec, Pauline Marois. 

Ce dimanche marque le 10e anniversaire de cette tragédie où un tireur est entré le soir du 4 septembre 2012 dans le but de tuer Mme Marois, alors nouvellement élue à la tête du gouvernement québécois, et «le plus de séparatistes possible».

Richard Henry Bain n’aura finalement pas réussi à atteindre la cheffe du Parti québécois (PQ) de l’époque, mais il a tué un technicien de scène, Denis Blanchette, en plus d’en blesser un autre.

«Je crois que nous avons un devoir de mémoire à cet égard», a déclaré Mme Marois dimanche matin à l’occasion d’une rencontre avec une vingtaine de candidates péquistes pour parler de la place des femmes au Québec. 

«Et surtout ne jamais oublier d’agir sur tous les fronts, à tous les égards, pour protéger notre démocratie, pour éloigner de nous des discours violents et haineux comme on en a entendu depuis quelques jours», a-t-elle poursuivi dans un café de l’est de Montréal, accompagnée de l’actuel chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon. 

Le 4 septembre 2012, le moment était historique pour le Québec: pour la toute première fois, une femme vient d’être élue première ministre.

C’était donc devant un Métropolis plein à craquer que Mme Marois se présente devant ses partisans du PQ pour son discours de la victoire, peu avant minuit ce soir-là.

Alors qu’elle se trouvait au podium, la nouvelle première ministre est interrompue par deux gardes du corps qui l’escortent rapidement à l’extérieur de la scène.

Pendant que la confusion régnait dans la salle, la situation a évolué à toute vitesse en coulisses. Avec une seule balle, Richard Henry Bain a tué Denis Blanchette et a blessé gravement David Courage, un autre technicien.

Le tireur est toutefois freiné dans sa progression lorsque son arme s’enraye après le premier coup de feu. Il se résout donc à déclencher un incendie et à tenter de prendre la fuite.

Il n’a finalement pas été bien loin, puisque des policiers ont procédé rapidement à son arrestation. Dans une scène filmée par une caméra de Radio-Canada, il a crié: «Les Anglais se réveillent.»

Une fois le calme — relatif — retrouvé, Mme Marois est remontée sur scène pour finir son discours et a demandé aux gens de quitter la salle du centre-ville de Montréal dans le calme.

Richard Henry Bain a finalement été reconnu coupable, en 2016, d’un chef de meurtre au deuxième degré et de trois chefs de tentative de meurtre pour la fusillade à l’extérieur du Métropolis.

Il a notamment avoué à sa psychiatre avoir voulu mettre le feu à la salle de spectacle et tuer «le plus de séparatistes possible».

Mme Marois a dirigé un gouvernement minoritaire du Parti québécois de 2012 à 2014.

Leçons retenues, dit François Legault

Questionné au sujet des 10 ans de l’attentat du Métropolis, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a rappelé que la situation a changé depuis 2012.

«Pour en avoir discuté un peu avec mes gardes du corps et la Sûreté du Québec, je pense qu’il y a quand même des leçons qui ont été retenues», a souligné le chef de la Coalition avenir Québec, lors d’un point de presse à Laval. 

«Je pense qu’aujourd’hui, ça a évolué dans une autre direction. Ça s’est intensifié avec les médias sociaux. À peu près partout dans le monde, on se penche là-dessus. Les solutions ne sont pas faciles et pas évidentes, mais il faut se pencher là-dessus.»

La veille, M. Legault avait réitéré qu’il n’excluait pas, si son parti obtient un second mandat, de légiférer pour trouver des moyens de réduire ces attaques, notamment celles sur les médias sociaux.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.