Images intimes d’adolescentes en N.-É.: la cause est reportée à septembre

BRIDGEWATER, N.-É. — L’audience pour la détermination de la peine a été reportée lundi matin pour les six adolescents néo-écossais qui avaient partagé des photos intimes d’une vingtaine de jeunes filles, à leur insu.

Les garçons ont déjà admis qu’ils avaient créé un groupe Facebook privé où ils échangeaient des photos intimes de filles âgées de 13 à 17 ans.

Les avocats ont demandé lundi matin un report à la Cour suprême de Nouvelle-Écosse, à Bridgewater, et la cause a été reportée au 6 septembre.

Cette affaire constitue l’une des plus importantes causes invoquant une disposition assez nouvelle du Code criminel, qui est destinée à lutter contre le partage non consensuel d’images intimes.

Cette nouvelle disposition avait été adoptée en 2015 après le suicide de la jeune Rehtaeh Parsons, en Nouvelle-Écosse. Sa famille soutient qu’une photo montrant l’agression sexuelle de l’adolescente avait circulé abondamment à son école secondaire de Cole Harbour.

La Loi sur les jeunes contrevenants ne permet pas d’identifier les six accusés dans l’affaire de Bridgewater.