Inde: un évêque est acquitté du viol d’une religieuse

NEW DELHI — Un tribunal indien a acquitté vendredi un évêque catholique romain qui était accusé d’avoir violé une religieuse dans un couvent de campagne.

L’affaire avait fait couler beaucoup d’encre alors que se multiplient les allégations d’agression sexuelle au sein de l’Église.

Dans une brève décision, le juge G. Gopakumar a indiqué que l’évêque n’était pas coupable d’avoir violé la religieuse à de multiples reprises entre 2014 et 2016.

L’évêque Franco Mulakkal était présent à Kottayam, dans le sud du pays, pour entendre la décision. Ses partisans ont acclamé le jugement en criant «Que Dieu soit loué!» pendant qu’il quittait la salle d’audience.

Un jugement plus détaillé est attendu sous peu.

Les avocats qui représentent la religieuse ont déjà annoncé leur intention de porter le verdict en appel.

Les policiers avaient accusé l’évêque Mulakkal de viol, de confinement illégal et d’intimidation. La religieuse avait expliqué s’être adressée à la police seulement après s’être plainte plusieurs fois aux dirigeants de l’Église.

Éventuellement, dans un mouvement sans précédent, plusieurs de ses consœurs religieuses avaient organisé des manifestations publiques pour demander l’arrestation de l’évêque en 2018. Il avait alors été détenu, puis relâché sous caution après quelques semaines.

Monseigneur Mulakkal avait la responsabilité officielle de la communauté de la religieuse, les Missionnaires de Jésus, et il exerçait donc une influence immense sur ses budgets et sur l’attribution des postes.

L’évêque Mulakkal assurait ne rien avoir à se reprocher et prétendait plutôt que la religieuse avait fait pression sur lui pour obtenir une meilleure position.

Dans sa plainte, la religieuse accuse monseigneur Mulakkal, qui était à ce moment l’évêque du diocèse de Jalandhar dans l’État du Punjab, dans le nord du pays, de l’avoir violée à plusieurs reprises lors de visites à son couvent de Kuravilangad, dans l’État du Kerala.

Le pape François a admis publiquement pour la première fois, en février 2019, que des religieuses sont agressées sexuellement par des prêtres ou des évêques, et il a promis de s’attaquer au problème.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.