Infection mortelle à méningocoque: antibiotique donné à plus de 100 personnes

MONTRÉAL — La Direction régionale de santé publique de Montréal (DRSP) a administré à plus de 100 personnes un antibiotique après qu’on ait déterminé qu’elles avaient eu un contact étroit avec une jeune femme qui a succombé à une infection à méningocoque samedi dernier.

Les gens ayant été en contact étroit avec la victime avant son décès ont pu habiter sous le même toit qu’elle, auraient eu des rapports sexuels avec elle ou auraient été en contact direct avec ses sécrétions respiratoires. Des gestes tels une accolade ou le partage d’un verre ou d’une bouteille avec la personne infectée ne sont pas considérés comme des contacts étroits.

La DRSP signale que les analyses de laboratoire ont confirmé que la bactérie en cause dans le décès de la jeune femme était du sérogroupe B. Le vaccin Bexsero qui protège contre ce sérogroupe sera donc offert aux personnes identifiées comme contacts étroits, pour compléter le traitement préventif.

La jeune victime, qui était âgée de 18 ans, fréquentait le Collège Marianopolis, de Westmount. Sur sa page Facebook, l’institution collégiale signale que les autorités de santé publique ont transmis leurs recommandations à l’ensemble des étudiants et du personnel.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec signale que le méningocoque est une bactérie pouvant être de différents types qui se trouve dans les voies respiratoires d’une personne. Le méningocoque peut causer des maladies graves telles que la méningite et la septicémie.

L’infection à méningocoque est surtout fréquente à la fin de l’hiver et au début du printemps. Les gens qui ont des inquiétudes au sujet de leur santé ou celle d’un proche sont invités à communiquer avec Info-Santé au 8-1-1.

 

Les plus populaires