Ingérence possible: Danielle Smith donne une troisième version

EDMONTON — La première ministre de l’Alberta, Danielle Smith, a donné une troisième version de ses discussions avec son ministère de la Justice sur les poursuites à intenter contre ceux qui avaient contrevenu aux restrictions de la santé publique pendant la pandémie de COVID-19.

Mme Smith a raconté aux auditeurs de son émission hebdomadaire diffusée sur Chorus qu’elle avait exhorté le ministre Tyler Shandro et le procureur général adjoint à bien peser s’il était de l’intérêt public de juger ces cas. Elle leur a aussi demandé d’examiner si les chances d’obtenir un verdict de culpabilité étaient raisonnables.

Les lignes directrices du ministère précise déjà trois principaux fondamentaux à examiner d’avant d’intenter des poursuites.

La première ministre a dit qu’elle voulait savoir si les poursuites contre ceux qui avaient contrevenu aux règles de la santé publique avaient été examinées sous ce projecteur. On lui a en fait l’assurance.

Vendredi, Mme Smith avait publié une déclaration pour dire que la réunion avec son ministre visait à examiner des «options», mais n’en a pas précisé les détails.

Trois semaines auparavant, elle avait déclaré au Rebel News qu’elle avait profité de la rencontre pour dire au ministère que l’opinion publique s’opposait davantage aux poursuites.. 

Selon elle, c’est un point que doivent considérer les procureurs, tout comme le fait que de nombreux recours ont échoué devant un tribunal, avant de prendre une décision.

Les différentes versions de Mme Smith ont incité ses opposants à l’accuser d’ingérence dans le système judiciaire de la province. La cheffe du NPD, Rachel Notley, a réclamé une enquête.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.