Innovation: une entreprise de Québec veut révolutionner les soins oculaires

MONTRÉAL — Une entreprise de Québec a conçu un appareil qui mesure la saturation en oxygène dans l’œil, une innovation qui permettrait de détecter des maladies oculaires graves plusieurs années avant l’apparition de dommages à l’œil.

Dans ses laboratoires de la rue Grande Allée, l’entreprise Zilia a développé une nouvelle technologie qui détecterait de façon précoce les glaucomes, qui sont la principale cause de cécité irréversible selon la Société canadienne d’ophtalmologie, mais aussi de maladies graves comme la rétinopathie diabétique et la dégénérescence maculaire.

Patrick Sauvageau, titulaire d’un doctorat en optométrie et son frère Dominique, titulaire d’un PhD en génie chimique, sont à la tête de cette jeune entreprise. 

«On a développé une technologie qui est non invasive pour mesurer des biomarqueurs dans l’œil», a expliqué Patrick Sauvageau à La Presse Canadienne. 

La caméra rétinienne qu’ils ont mise au point vise à mesurer, notamment, la saturation en oxygène dans l’œil.

«La majorité des maladies de l’œil est liée d’une façon ou d’une autre à un problème d’oxygénation dans l’œil. On amène donc la première technologie qui permettra de mesurer ça en clinique, pour dépister plus tôt les maladies, et les prendre en charge des années plus tôt que ce qu’on fait actuellement», a indiqué Patrick Sauvageau, qui est également président-directeur général de l’entreprise.

Les frères ont fondé Zilia, qui compte aujourd’hui une vingtaine d’employés, en 2012.

«On a passé quelques années à travailler dans le garage. C’est une façon de parler, c’est-à-dire qu’on travaillait là-dessus tous les soirs et les fins de semaine et c’est vraiment en 2017 qu’on a passé à la vitesse supérieure avec notre première demande de brevet», a exposé Patrick Sauvageau.

En clinique d’ici la fin de 2022

Les deux frères mettent les bouchés doubles pour que leur technologie se rende en clinique d’ici la fin de 2022.

«On s’apprête, après les approbations réglementaires nécessaires, à faire le lancement dans le domaine clinique. C’est vraiment une période super excitante pour nous», a précisé le président-directeur général de Zilia.

Leur technologie a attiré des investissements du gouvernement fédéral, du gouvernement provincial, mais également d’investisseurs à l’extérieur du pays.

La semaine dernière, Zilia a remporté le premier prix de la compétition Phase B, de Biron Groupe Santé, avec à la clé, une aide financière de 25 000 $ ainsi qu’un accompagnement personnalisé et un parcours au sein d’un accélérateur d’entreprises.

Le Dr Nicolas Tétreault, biochimiste clinique, directeur scientifique et innovation chez Biron Groupe Santé, a indiqué avoir été très impressionné par la technologie de Zilia, mais aussi par ses dirigeants.

«Une bonne idée sans passion, c’est difficile, et on a été impressionné par la passion et la volonté des dirigeants», a-t-il indiqué à La Presse Canadienne.

«Est-ce que je suis confiant de voir Zilia arrivé, dans quelques années, avec des produits qui vont faire la différence? La réponse est oui, absolument!», a ajouté Le Dr Tétreault.

À court terme, Zilia souhaite percer et révolutionner l’industrie des soins oculaire, mais éventuellement, l’objectif des frères Sauvageau est d’étendre la plateforme technologique à d’autres champs médicaux, comme la cardiologie, la néonatalité, ou encore la cancérologie.