Inondations au Nouveau-Brunswick: les autorités se préparent au pire

Sept navires de la Garde côtière canadienne et des hélicoptères ont été déployés au Nouveau-Brunswick pour contribuer aux mesures d’urgence mises en place afin de faire face aux inondations alors que le pire est à venir, selon les autorités.

C’est ce qu’a indiqué le ministre fédéral des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Dominic LeBlanc, samedi, lors d’une mêlée de presse à Quispamsis, dans le sud de la province, durant laquelle M. LeBlanc et le premier ministre de la province, Brian Gallant, ont fait le point sur la situation. 

Le ministre LeBlanc, dont le bureau de circonscription se trouve au Nouveau-Brusnwick, a dit que c’était important pour lui de se rendre sur place pour constater de visu l’ampleur des besoins et des opérations en cours. Il a souligné que sept autres navires de la Garde côtière étaient aussi en attente de déploiement.

Quant au premier ministre Gallant, il a dit comprendre que des citoyens ne veulent pas quitter leur domicile afin de le protéger leur résidence et leurs biens. C’est pour cette raison que l’aide de la Garde côtière a été sollicitée, a-t-il précisé, afin de pouvoir venir en aide aux personnes qui pourraient se retrouver isolées en raison des précipitations annoncées.

Les deux hommes ont également confié avoir été touchés par le grand nombre de bénévoles qui s’étaient rendus sur place à Quispamsis pour remplir des sacs de sable afin de protéger les maisons de leurs concitoyens. Au total, environ 350 000 sacs de sable ont été distribués dans les communautés inondées.  

Toutes les personnes qui n’ont pas encore pris de mesures de précaution devraient se préparer dès maintenant pour des inondations, selon l’Organisation des mesures d’urgence (OMU) du Nouveau-Brunswick.

D’après l’OMU, les citoyens devraient respecter la mise en garde des responsables locaux leur demandant d’évacuer volontairement leur domicile, y compris ceux vivant dans des secteurs à risque qui n’ont jamais subi d’inondations par le passé.

Les équipes de la Croix-Rouge canadienne sont également sur place pour venir en aide aux résidents concernés, notamment ceux qui ont besoin d’hébergement. Pour l’instant, la Croix-Rouge a pris en charge 851 personnes provenant de 360 foyers, mais l’OMU estime qu’il y a des centaines de sinistrés de plus qui ont choisi d’aller rester chez des proches.

Il est aussi à noter que des routes ont été fermées à cause des inondations. C’est le cas de la route 2, la Transcanadienne, qui était toujours fermée entre Moncton et Fredericton, samedi, dans les deux directions.