Inondations: le ministre Champagne rappelle qu’Ottawa attend les projets

OTTAWA — Le ministre fédéral de l’Infrastructure, François-Philippe Champagne, se dit prêt à accélérer l’examen des projets susceptibles d’aider les communautés à faire face aux graves inondations — pourvu qu’elles en fassent la demande.

M. Champagne a indiqué mardi qu’il fallait d’abord que le gouvernement du Québec et les municipalités transmettent leurs projets dans le cadre d’un programme d’infrastructure qui serait très mal connu, selon lui: un fonds spécial pour l’adaptation aux changements climatiques.

Ce programme, mis en place il y a deux ans, prévoit des investissements d’environ 2 milliards $ sur une décennie afin d’aider des communautés comme celles qui sont aux prises avec des crues printanières — au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick — à prévenir ou atténuer les risques d’inondations, du moins à s’y adapter.

Le gouvernement fédéral a consacré jusqu’ici près de 792,7 millions $ dans 18 projets, tous destinés à lutter contre les inondations; or, aucun de ces projets ne se trouve au Québec ou au Nouveau-Brunswick.

Dans une entrevue téléphonique accordée à La Presse canadienne, le ministre Champagne ne spécule pas sur les raisons pour lesquelles certaines provinces ou municipalités n’ont pas réclamé ce financement. Il veut toutefois s’assurer que tous ceux qui pourraient en bénéficier connaissent au moins l’existence de ce fonds spécial pour l’adaptation aux changements climatiques.

«Je vais écrire aujourd’hui au gouvernement du Québec, aux autorités provinciales, pour les informer de mon intention d’appuyer leurs efforts d’investir dans les communautés où on peut investir à travers le Québec pour prévenir les dommages reliés aux changements climatiques», a-t-il promis.

«Mon désir, c’est de dire aux différentes municipalités qui ont été durement touchées non seulement cette année, mais en 2017, que nous pouvons travailler avec elles et le gouvernement du Québec.»

M. Champagne a soutenu qu’il était urgent d’approuver rapidement davantage de projets qui pourraient être réalisés au cours de l’actuelle saison de construction. «Il y a certaines circonstances, comme le premier ministre (François) Legault le disait, où on devra réfléchir à plus long terme, en se posant la question: comment on doit construire, où on doit construire. Mais il y a aussi certaines communautés dans certaines régions où on peut investir dans l’adaptation aux changements climatiques.»

Dans la même catégorie
Commentaires
Laisser un commentaire