Interventions d’urgence en forêt plus rapides au Témiscamingue

NOTRE-DAME-DU-NORD, Qc — À l’aube de la saison de la chasse à l’orignal, la MRC du Témiscamingue a réorganisé son service d’urgence en milieu isolé, pour rendre plus rapides les interventions d’urgence en forêt.

Auparavant basé sur un seul pôle, à Ville-Marie, le SUMI est redéployé dans quatre municipalités : Notre-Dame-du-Nord (nord), Ville-Marie (centre), Fugèreville (est) et Témiscamingue (sud).

Le SUMI est implanté dans les casernes d’incendie des quatre municipalités, et les pompiers ont reçu les formations nécessaires sur le protocole d’intervention.

Lorsqu’ils reçoivent un appel d’urgence, ils doivent se rendre sur les lieux avec un ambulancier, pour prodiguer les premiers soins. «Chaque pôle est équipé de véhicules tout-terrain et de traîneaux, explique la chargée de projet de la MRC, Andréanne Hamelin. Dans certains secteurs, l’ambulance ne peut circuler, donc les pompiers et les ambulanciers doivent intervenir sur place.»

La MRCT précise que les pompiers et les ambulanciers du territoire se rendent là où ils sont appelés pour répondre à des urgences. «Il ne s’agit pas de faire de la recherche de personnes disparues, prévient la responsable du dossier à la MRC, Andréanne Hamelin. Nous laissons cette partie à la Sûreté du Québec.»

Panneaux d’urgence

En plus des nouveaux équipements, la MRCT a placé une centaine de panneaux à des endroits stratégiques du territoire, pour permettre aux utilisateurs de la forêt de se trouver plus facilement un point de repère quand vient le temps de prévenir les services d’urgence.

Les VTT seront également munis de GPS. «Le Centre d’appels d’urgence de l’Abitibi-Témiscamingue a déjà un système capable de repérer les appels via une position GPS, explique Mme Hamelin. Le SUMI peut donc intervenir si les personnes en détresse peuvent donner leur position, que ce soit avec leur cellulaire ou tout autre appareil.»

De plus, les détenteurs de baux d’abris sommaires (camps de chasse) et de villégiature ont également reçu des étiquettes avec leur numéro de dossier servant de repère géographique. Des affiches disponibles à des endroits stratégiques du territoire permettront aussi d’identifier les zones où le réseau cellulaire est accessible.

Infos sur la fiabilité du réseau cellulaire

Un grand défi attend toutefois le SUMI : la déficience du réseau cellulaire au Témiscamingue. C’est pourquoi, en plus des étiquettes pour les baux de villégiature, certains dépositaires (magasins, pourvoiries) offriront des cartes permettant de connaître la fiabilité du réseau sur le territoire.

Ces articles promotionnels font partie d’une vaste campagne de sensibilisation visant à offrir des conseils aux chasseurs, pêcheurs, randonneurs ou tout autre utilisateur de la forêt en cas d’urgence.

Pour le moment, les services d’urgence des communautés autochtones de la région ne font pas partie du SUMI. Mais le service ne fait pas de distinction pour ce qui est des usagers. «Qu’ils soient d’une municipalité ou d’une réserve, le SUMI va leur venir en aide, précise Andréanne Hamelin. Le service est déployé sur tout le territoire, et il est pour tout le monde, sans distinction.»

Texte de l’Initiative de journalisme local

 

Laisser un commentaire
Les plus populaires