Intimidation: l’examen sur des allégations contre Meghan demeurera privé

LONDRES — Le palais de Buckingham a enquêté sur la manière dont le personnel a traité les allégations d’intimidation portées contre Meghan, la duchesse de Sussex, mais les conclusions de l’enquête resteront privées.

Les responsables du palais ont déclaré mercredi aux journalistes que les détails de l’examen indépendant ne seraient pas divulgués pour protéger la confidentialité de ceux qui y ont participé. Les employés actuels et anciens ont été invités à parler de leurs expériences de travail pour Meghan, après que des allégations ont fait surface l’année dernière au sujet de l’intimidation présumée de plusieurs membres du personnel.

À la suite de l’examen, les responsables ont déclaré que les politiques de ressources humaines du palais avaient été mises à jour, mais le palais a refusé de dire quels étaient ces changements.

Le palais de Buckingham a lancé l’enquête en mars 2021 après que des reportages ont allégué que Meghan avait poussé deux assistants personnels à quitter leur poste et que le personnel avait été «humilié» à plusieurs reprises pendant son séjour au palais de Kensington avec le prince Harry.

Le couple, qui s’est marié au château de Windsor en 2018, a annoncé au début de 2020 qu’il quittait ses fonctions royales et déménageait en Amérique du Nord, citant ce qu’il considérait comme des intrusions insupportables et des attitudes racistes de la part des médias britanniques.

Les avocats de Meghan ont nié les allégations d’intimidation lorsqu’elles ont été faites. 

Dans son rapport sur la subvention souveraine publié jeudi, le palais de Buckingham a déclaré que la politique de la maison royale encourage les individus à faire part de leurs préoccupations concernant la conduite des autres et définit la manière dont les problèmes peuvent être soulevés.

Le document financier indique que «des conseils et du soutien sont fournis par le biais du programme d’aide aux employés établi de longue date» et que «les gestionnaires sont formés pour soutenir, encadrer et former leurs équipes».

Les tensions entre la famille royale et Meghan et le prince Harry sont élevées depuis que le couple a quitté le Royaume-Uni et a exprimé son mécontentement envers la monarchie. Dans une entrevue explosive avec Oprah Winfrey en mars de l’an dernier, Meghan, qui est métisse, a affirmé qu’il y avait «des inquiétudes et des conversations» au sein de la famille royale lorsqu’elle était enceinte sur la couleur de la peau de son fils Archie.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.