Iran: les pilotes de l’avion qui s’est écrasé n’auraient pas appelé à l’aide

TÉHÉRAN, Iran — Un rapport initial d’enquêteurs iraniens dévoilé jeudi sur la tragédie aérienne qui a fait la veille 176 morts en Iran, dont 63 Canadiens, affirme que l’équipage du Boeing 737-800 n’a pas utilisé la radio pour lancer un appel à l’aide.

Les enquêteurs de l’Organisation de l’aviation civile iranienne ajoutent que peu avant la chute de l’avion et de son écrasement, les pilotes ont tenté de le ramener à l’Aéroport international Imam-Khomeini de Téhéran d’où il venait de décoller. L’avion s’est abîmé à Shahedshahr, dans une zone agricole située en périphérie de Téhéran

À leur avis, un incident soudain s’est produit à bord de l’avion du transporteur Ukraine International, mais ils n’ont pas fourni d’explications.  

Le rapport cite des témoins, incluant des membres de l’équipage d’un autre avion, qui ont dit avoir vu l’avion en flammes avant son écrasement qui a provoqué une immense explosion, probablement parce que l’avion avait fait le plein de carburant avant de s’envoler pour Kiev, en Ukraine.

L’Organisation de l’aviation civile iranienne confirme que les deux boîtes noires de l’avion ont été récupérées, mais qu’elles sont endommagées et qu’une partie de leurs données ont été détruites par l’écrasement.

Le président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky, a pour sa part annoncé que des enquêteurs ukrainiens étaient arrivés en Iran afin de prendre part à l’enquête. Il a aussi dit avoir l’intention d’entrer en communication avec son homologue iranien Hassan Rouhani pour discuter de la tenue de l’investigation.

Mercredi, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a révélé que 138 passagers de l’avion avaient le Canada pour destination finale. Parmi les 63 victimes canadiennes, il y avait au moins cinq Québécois.

Le ministre canadien des Transports, Marc Garneau, a indiqué qu’à son avis, il est clair que quelque chose de très inhabituel s’est produit dans la suite des événements ayant entraîné l’écrasement. Il a assuré que le Canada offrira de l’aide technique dans le cadre de l’enquête à venir.

Cette tragédie aérienne s’est produite quelques heures à peine après l’attaque de missiles balistiques de l’Iran contre deux bases militaires en Irak, où se trouvaient des soldats américains et d’autres États alliés. Ces tirs constituent une réplique à l’assassinat par les États-Unis du général Qassem Soleimani, responsable des Gardiens de la révolution.