Irving veut faire taire les sombres rumeurs sur le contrat de frégates

HALIFAX – Irving a organisé une «journée portes ouvertes» pour les médias, vendredi, à ses immenses chantiers navals de Halifax et de Dartmouth, dans le but de faire taire les sombres rumeurs sur l’avenir de son contrat pour la construction de nouvelles frégates de la Marine royale canadienne.

La visite était guidée par le président d’Irving Shipbuilding lui-même, Kevin McCoy, qui a vanté les capacités de l’entreprise dans l’exécution d’un autre contrat: la construction du premier des six nouveaux navires de patrouille pour l’Arctique. Des médias ont rapporté récemment que ce contrat accusait des retards et Irving tenait à démontrer qu’il était capable de livrer la marchandise — surtout en vue du mégacontrat de frégates militaires.

Irving n’a pas encore signé le contrat formel pour la construction de ces nouvelles frégates — même si le programme a été octroyé aux chantiers navals de Halifax en octobre 2011, avec tambours et trompettes. Or, Ottawa a indiqué la semaine dernière qu’il revoyait le cadre de ce programme, optant pour une conception étrangère déjà éprouvée plutôt que pour la réalisation de tout nouveaux plans canadiens.

M. McCoy a minimisé vendredi les impacts de la décision d’Ottawa, préférant y voir un «perfectionnement» plutôt que de l’incertitude. Il a soutenu qu’Irving reconnaissait les avantages de travailler en collaboration avec des firmes qui disposent déjà de plans: réduction des coûts totaux de fabrication, moins de risques à l’étape de la conception, meilleure évaluation préalable des coûts. Et ce scénario permettrait de réduire de deux ans l’échéancier total, selon M. McCoy.

Irving se dit prête à amorcer la construction de 15 frégates au début de 2020. Selon des estimations initiales, les 15 frégates coûteraient autour de 26 milliards $, mais des documents internes et certains médias faisaient grimper la facture jusqu’à 40 milliards $.

Entretemps, le premier des six patrouilleurs arctiques devrait être livré en 2018. Irving a amorcé la construction de ces nouveaux patrouilleurs de 6400 tonnes en septembre dernier dans ses immenses nouveaux ateliers de Halifax, longs comme quatre terrains de football — les plus imposants d’Amérique du Nord, selon la compagnie.