J17: la CAQ ouvre ses livres, le PQ parle des cégeps anglophones

Au dix-septième jour de la campagne électorale, la Coalition avenir Québec (CAQ) a ouvert ses livres, tandis que le Parti québécois (PQ) misait sur l’enjeu de la langue et que le Parti libéral du Québec (PLQ) et Québec solidaire effectuaient des annonces en santé.

La CAQ a devancé le Parti libéral du Québec (PLQ) et le Parti québécois (PQ) en présentant son cadre financier, samedi.

La formation de François Legault se pose en «rigoureuse» gestionnaire des finances publiques, promettant d’améliorer les services sans pour autant alourdir le fardeau fiscal des contribuables au-delà de l’inflation.

Elle croit pouvoir offrir des services publics d’une qualité accrue avec le même niveau de financement en «optimisant» les dépenses gouvernementales, notamment par un resserrement des processus d’approvisionnement.

La croissance des dépenses en éducation serait moindre que celle des dépenses en santé.

M. Legault, a souvent dit souhaiter un réinvestissement important en éducation, mais il a annoncé samedi que la croissance des dépenses dans ce ministère serait de 3,5 pour cent par année, comparativement à 4,1 pour cent au ministère de la Santé. La dernière année, la croissance en santé serait même de 4,2 pour cent.

Concernant les médecins spécialistes, il a laissé entendre que le versement d’augmentations de salaire pourrait être suspendu durant des négociations sur une révision de la rémunération.

Le parti s’engage également à rembourser 10 milliards $ sur la dette d’ici le printemps prochain et à présenter des budgets équilibrés.

PQ: un autre projet de loi pour la promotion du français

Après quelques jours marqués par le débat identitaire, le Parti québécois a maintenu le cap sur l’enjeu de la langue.

Le chef Jean-François Lisée a annoncé que les étudiants qui fréquentent un cégep anglophone devraient obligatoirement passer une session dans un établissement collégial francophone et réussir un test de français s’ils veulent obtenir leur diplôme.

M. Lisée est aussi revenu à la charge avec sa proposition d’une loi 202, qui exigerait une connaissance suffisante du français pour tous les futurs immigrants et leur conjoint ou conjointe, de même que pour les diplômés des cégeps et universités anglophones du Québec.

Dans un clin d’oeil à la loi 101, dont il étendrait d’ailleurs la portée, le chef péquiste s’engage à déposer ce projet de loi dans les 101 premiers jours d’un éventuel mandat.

Il a réitéré son intention d’étendre la loi 101 aux entreprises de 25 à 50 employés et d’appliquer la loi 101 aux entreprises de compétence fédérale qui font affaire au Québec.

PLQ: stationnement à 7 $ dans les établissements de santé

Après la Coalition avenir Québec, c’était au tour du Parti libéral du Québec de promettre d’abaisser les tarifs de stationnement dans les établissements de santé.

Dans le cadre d’une annonce effectuée à Laval, les libéraux se sont engagés à limiter à 7 $ le tarif quotidien pour se stationner à l’hôpital.

Les deux premières heures seraient gratuites et les établissements qui demandent actuellement moins de 7 $ par jour ne pourraient pas augmenter leurs prix.

De plus, rien ne serait facturé aux personnes atteintes de maladies chroniques, aux patients qui doivent recevoir des traitements réguliers, de même qu’aux visiteurs des aînés dans les CHSLD.

Il s’agit d’une surenchère par rapport à une revendication de longue date de la CAQ, que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qualifiait à l’époque de déraisonnable.

«Ça aurait été irresponsable de dédier les premières marges de manoeuvre à l’asphalte des stationnements», a répondu M. Couillard, lorsqu’on lui a rappelé que son gouvernement avait commencé à générer des surplus dès 2015.

QS: des soins dentaires gratuits pour les mineurs et bénéficiaires de l’aide sociale

Québec solidaire a détaillé samedi sa promesse phare d’une assurance dentaire universelle, dont le parti évalue le coût à 950 millions $ annuellement.

Le parti de gauche promet la gratuité complète des soins dentaires pour les personnes âgées moins de 18 ans et les bénéficiaires de l’aide sociale, sauf pour les soins esthétiques.

Pour les adultes, Québec solidaire propose une couverture à 80 pour cent des soins en prévention et à 60 pour cent des soins en réparation.