Jagmeet Singh a bien l’intention de forcer les libéraux à «livrer la marchandise»

HALIFAX — Le chef néo-démocrate, Jagmeet Singh, prévient qu’il utilisera la prochaine séance du Parlement pour pousser les libéraux à agir sur le régime de soins dentaires et l’aide au logement, comme le prévoit l’accord conclu entre les deux partis.

À son arrivée à la «retraite présessionnelle» du caucus néo-démocrate, mercredi à Halifax, M. Singh a déclaré aux journalistes qu’il avait l’intention de forcer le gouvernement libéral à «livrer la marchandise» aux Canadiens.

En mars dernier, les néo-démocrates ont conclu avec les libéraux une «entente de soutien et de confiance» pour maintenir le gouvernement minoritaire au pouvoir jusqu’en 2025, à condition que les libéraux mettent en place des programmes chers au NPD, comme les soins dentaires et l’aide au logement. 

En vertu de cette entente, les libéraux ont promis de créer un programme national de soins dentaires, en commençant par offrir d’ici la fin de cette année une couverture aux enfants de moins de 12 ans issus de familles à revenu faible ou moyen. 

La couverture s’étendrait par la suite pour inclure les enfants de moins de 18 ans, les personnes âgées et les personnes handicapées d’ici 2023, puis en 2025 tous les Canadiens dont le revenu du ménage est inférieur à 90 000 $.

Des sources déclaraient à La Presse Canadienne le mois dernier qu’il est peu probable que les libéraux pourront respecter la première échéance de la fin de l’année et qu’ils prévoient une «solution provisoire» jusqu’à ce qu’une incarnation permanente du programme soit prête.

Quatre sources au fait du dossier au gouvernement, mais qui ne sont pas autorisées à s’exprimer publiquement, ont déclaré que la solution temporaire consisterait à verser directement aux familles admissibles l’argent nécessaire pour financer leurs services de soins dentaires pendant que le gouvernement travaille sur un programme élargi plus permanent.

M. Singh a indiqué mercredi qu’il avait bon espoir que la première phase du programme national, pour les enfants de moins de 12 ans, serait mise en place avant 2023, mais il a aussi prévenu qu’il y aurait des «répercussions» si ce n’était pas le cas.

«Nous voulons nous assurer que les gens obtiennent les soins dentaires pour lesquels nous nous sommes battus si fort afin de forcer ce gouvernement à livrer la marchandise», a déclaré M. Singh.

Le chef du NPD a par ailleurs déclaré que lorsque la Chambre des communes reprendra ses travaux le 19 septembre, son parti s’efforcera de pousser le gouvernement à résoudre les problèmes de hausse du coût de la vie pour les Canadiens. «Avec l’augmentation du coût de la vie, l’inflation qui augmente, cela nécessite de soutenir les gens», a-t-il déclaré.

M. Singh a par exemple indiqué qu’il souhaitait que le crédit d’impôt fédéral pour la TPS soit doublé. Il souhaite aussi une hausse des prestations de l’Allocation canadienne pour enfants et de l’Allocation canadienne pour le logement, afin de «mettre plus d’argent» dans les poches des familles.

Le chef néo-démocrate s’est également dit préoccupé par l’annonce par la Banque du Canada, mercredi, d’une hausse de son taux directeur de trois quarts de point de pourcentage, à 3,25 %.

«Nous comprenons que la Banque du Canada est indépendante (du pouvoir exécutif), mais je suis profondément préoccupé que l’on adopte l’approche: »n’augmentez pas les salaires des travailleurs, augmentez les taux d’intérêt »», a-t-il déclaré. Selon lui, cette approche «mettra davantage le fardeau sur le dos des travailleurs et ne fera rien contre la cupidité des entreprises».

Il se dit déçu de voir les magasins à très grande surface et les chaînes de vente au détail «augmenter leurs prix au-delà de l’augmentation des coûts, dans le but de réaliser des bénéfices records». Il aimerait d’ailleurs que le gouvernement fédéral taxe ce qu’il appelle «les bénéfices extraordinaires» des grandes entreprises.

Cette dépêche a été rédigée avec l’aide financière des Bourses de Meta et de La Presse Canadienne pour les nouvelles.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.