Jaime Battiste devient le premier député fédéral micmac de la Nouvelle-Écosse

HALIFAX — Jaime Battiste est entré dans l’histoire lundi en devenant le premier Micmac à se faire élire pour représenter la Nouvelle-Écosse à la Chambre des communes.

Expert juridique et militant autochtone âgé de 40 ans, l’élu libéral au Cap-Breton semble prêt à se faire un nom dans la vie politique fédérale — même si sa campagne a été éclaboussée au début du mois par quelques publications passées sur les médias sociaux.

M. Battiste, qui est bien connu en Nouvelle-Écosse pour son travail visant à améliorer l’éducation des jeunes Micmacs, a déclaré qu’il espérait que sa percée électorale servirait d’exemple aux jeunes Autochtones.

«Ayant grandi dans une réserve, il y avait plus de chances que j’aie une mort violente ou que je me suicide que de chances d’être désigné candidat pour un parti fédéral», a-t-il affirmé mardi en entrevue téléphonique.

«Pour gagner réellement — les obstacles que vous devez franchir, les défis de grandir dans une communauté des Premières Nations —, vous devez surmonter toutes ces barrières… J’espère que les jeunes regardent maintenant autour de notre communauté et se disent que si l’un de nous peut le faire, ils peuvent le faire aussi», a-t-il ajouté.

M. Battiste est né à Sydney et a grandi dans la réserve Chapel Island 5 du Cap-Breton, maintenant connue sous le nom de Première Nation Potlotek. Il a obtenu son diplôme de la faculté de droit de l’Université Dalhousie en 2004 et a été président du conseil des jeunes de l’Assemblée des Premières Nations et chef régional de l’Assemblée des Premières Nations.

Ses parents, Marie Battiste et James (Sakej) Henderson, sont tous deux professeurs à l’Université de la Saskatchewan. Mme Battiste est spécialisée dans l’apprentissage autochtone, la décolonisation, la prévention de la violence et les études historiques sur l’éducation des peuples autochtones. M. Henderson est un avocat des droits de l’homme et l’un des rédacteurs de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

Mieux connaître l’histoire autochtone

Jaime Battiste est également connu pour son travail au sein du conseil d’éducation micmac, une organisation qui a contribué à faire grimper le taux d’obtention de diplômes des Micmacs au niveau secondaire de 30 pour cent il y a 20 ans à 90 pour cent en 2016-2017 — le taux le plus élevé dans les réserves au pays.

M. Battiste a déclaré qu’il travaillait actuellement sur un plan national d’éducation aux traités, qui faisait partie de la plateforme du Parti libéral du Canada.

«Un plus grand nombre de Canadiens doivent être conscients de l’histoire et des connaissances autochtones», a-t-il déclaré.

En dépit d’un parcours impressionnant, la candidature de M. Battiste a presque déraillé lorsque le «Toronto Sun» a publié une série de tweets racistes, sexistes et homophobes que le média lui attribuait.

Les messages, datant tous d’environ sept ou huit ans, mentionnaient le désir de M. Battiste de trouver une femme pour s’occuper «du nettoyage, du pliage et de la cuisine».

Un autre tweet se moquait de l’anglais des serveurs chinois dans une scène du film «A Christmas Story».

Le chef libéral Justin Trudeau a jugé ces publications inacceptables et M. Battiste a présenté des excuses pour des «farces grossières».

Mardi, M. Battiste a dit espérer que les électeurs comprendraient qu’il n’était pas la même personne à l’époque.

Les plus populaires