Janet Yellen deviendra la première femme secrétaire au Trésor

WASHINGTON — Le président élu Joe Biden a choisi l’ancienne présidente de la Réserve fédérale Janet Yellen pour occuper le poste de secrétaire au Trésor, un rôle central dans lequel elle contribuerait à façonner et à diriger les politiques économiques dans une période difficile pour les États-Unis, selon une personne proche des plans de transition.

Mme Yellen, qui jouit d’une réputation enviable dans le monde financier, serait la première femme à diriger le département américain du Trésor. Sa nomination a été confirmée à l’Associated Press par une personne qui a réclamé l’anonymat pour révéler les intentions de M. Biden.

Si sa nomination est confirmée, Mme Yellen hériterait d’une économie en récession et fragilisée par la résurgence de la pandémie qui accroît la pression sur les entreprises et les individus. Certains analystes craignent que l’économie glisse dans une récession «à double creux» cet hiver, alors que les États et les villes réimposent des restrictions aux entreprises et aux consommateurs pour tenter de freiner la progression de la COVID-19.

Mme Yellen, 74 ans, considérée comme une pionnière dans le domaine de l’économie dominé par les hommes, a également été la première femme à présider la Réserve fédérale américaine, de 2014 à 2018. Elle est ensuite devenue conseillère de la campagne présidentielle de Joe Biden.

«Elle apportera au rôle une profonde expertise économique et décisionnelle, une stature nationale et internationale et un (…) engagement personnel à favoriser des conditions de travail solides qui se rapprochent des travailleurs marginalisés», a estimé Krishna Guha, analyste à la banque d’investissement Evercore ISI.

Le poste de secrétaire au Trésor ajouterait un nouveau chapitre à la carrière variée de Janet Yellen dans l’élaboration des politiques financières. Elle représenterait l’administration américaine dans les questions financières mondiales et dirigerait un département tentaculaire dont les responsabilités vont des finances du gouvernement et du recouvrement des impôts aux marchés des devises, en passant par la réglementation bancaire et l’impression de la monnaie.

Mme Yellen assumerait également la tâche redoutable de contribuer à négocier la politique économique avec le sénateur républicain Mitch McConnell, qui restera chef de la majorité au Sénat si son parti remporte au moins un des deux scrutins pour le Sénat en Géorgie au début du mois de janvier. Ces discussions porteraient probablement en priorité sur un nouveau plan de relance qui, selon la plupart des économistes, est vital pour soutenir une reprise économique.

Jaret Seiberg, analyste du secteur bancaire à la banque d’investissement Cowen, a décrit Mme Yellen comme une «pragmatiste» qui suivrait probablement une voie relativement modérée en matière de réglementation bancaire. Les marchés boursiers, qui étaient déjà en progression lundi, ont encore progressé après la révélation d’informations sur sa nomination.

Relancer l’économie

Janet Yellen entretient une relation professionnelle étroite avec Jerome Powell, qui lui a succédé à la présidence de la Fed, ce qui améliorerait probablement la coordination entre la banque centrale et le Trésor et entraînerait peut-être un soutien supplémentaire à l’économie. M. Powell et l’actuel secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, avaient publiquement exprimé leur désaccord la semaine dernière quant à la décision de M. Mnuchin d’annuler plusieurs programmes de prêts d’urgence de la Fed à la fin du mois.

Mme Yellen a toujours été favorable à de nouvelles dépenses pour relancer l’économie, y compris pour les gouvernements des États et locaux qui, selon elle, ont besoin d’un «soutien substantiel» pour éviter de nouvelles suppressions d’emplois. Ces mesures de sauvetage ont été un point de friction majeur dans les négociations au Congrès sur un plan de relance.

Mme Yellen, une démocrate, n’avait fait qu’un seul mandat de quatre ans à la présidence de la Fed lorsque le président Donald Trump a décidé de la remplacer par M. Powell, un républicain, malgré le désir de Mme Yellen de poursuivre son travail. Cette décision a brisé une tradition de quatre décennies permettant aux présidents de la Fed d’accomplir au moins deux mandats même s’ils avaient d’abord été nommés par un président du parti adverse.

Joe Biden avait déclaré la semaine dernière que son choix pour le poste de secrétaire au Trésor serait «quelqu’un qui, je pense, sera accepté par tous les éléments du Parti démocrate».

Mme Yellen a obtenu le soutien de nombreux groupes progressistes pendant le processus de recherche d’un futur secrétaire au Trésor, selon Jeff Hauser, directeur du Revolving Door Project, une organisation de gauche, en partie parce qu’elle a approuvé une taxe sur le carbone comme moyen de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Elle est également experte du chômage et des salaires. Sous sa direction, la banque centrale, qui se concentrait depuis des décennies sur la lutte contre l’inflation, a commencé à s’intéresser davantage à la maximisation des emplois. Mme Yellen a été félicitée pour son attention accordée aux groupes défavorisés, dont les chômeurs de longue durée. Elle a effectué de nombreuses visites dans des centres de formation à l’emploi pour mettre en lumière la nécessité de proposer des programmes de formation afin de préparer les gens à occuper des emplois bien rémunérés.

Janet Yellen est mariée à George Akerlof, un économiste lauréat du prix Nobel qu’elle a rencontré dans une cafétéria de la Fed en 1977. Ils ont un fils, Robert, qui est professeur d’économie.

Laisser un commentaire