Joe Biden donne aux États une échéance du 1er mai sur la vaccination

WASHINGTON — Le président Joe Biden a profité de son discours à la nation jeudi soir pour annoncer qu’il ordonne aux États de rendre admissibles tous les adultes américains à un vaccin contre la COVID-19 au plus tard le 1er mai.

Le président s’adressait à la nation à l’occasion du premier anniversaire de la pandémie.  

S’exprimant devant un lutrin dans la salle Est de la Maison-Blanche, Joe Biden a fait état de la pire crise de santé publique depuis plus d’un siècle. 

Il a rappelé que le nombre d’Américains morts en raison de la COVID-19 était supérieur au total des victimes de la Première Guerre mondiale, la Deuxième Guerre mondiale, la guerre du Vietnam et les attentats du 11 septembre 2001 combinés.

La pandémie a tué près de 530 000 Américains, rendu malades des millions d’autres et ravagé l’économie mondiale.   

«Nous avons tous perdu quelque chose, c’est une souffrance collective, un sacrifice collectif», a indiqué le président.

Le président Biden a également condamné ceux qui ont utilisé la pandémie comme excuse pour causer des gestes haineux et pour diviser le pays à un moment où la guérison est nécessaire.

Il a particulièrement dénoncé les actes de racisme dont sont victimes des Américains d’origine asiatique depuis le début de la pandémie. Plusieurs d’entre eux font partie du personnel soignant qui aide à combattre le virus, a rappelé Joe Biden, qualifiant ces comportements d’antiaméricains.

L’ancien président Donald Trump a utilisé à plusieurs reprises des termes xénophobes pour désigner le virus originaire de la province chinoise de Wuhan. Certains critiques affirment que le langage de l’ancien président a attisé la violence contre les Américains d’origine asiatique.

Des rassemblements avant le jour de l’Indépendance

Joe Biden a également indiqué qu’il y a de bonnes chances que les Américains soient en mesure de se rassembler en toute sécurité en petits groupes d’ici le 4 juillet, tout en soulignant que «le combat est loin d’être terminé». Mais selon lui,  la nation se trouvera dans une position «bien meilleure» d’ici la fête de l’Indépendance si les Américains portent des masques, suivent les directives de santé publique et se font vacciner quand c’est leur tour.

Il a ainsi exprimé son optimisme quant à la probabilité que les États-Unis se dirigent vers un semblant de normalité dans les mois à venir, notant «qu’il y a de l’espoir et la lumière de jours meilleurs si nous faisons tous notre part».  

Mais le président a averti que «nous pourrions devoir rétablir des restrictions» si les Américains ne parviennent pas à rester vigilants et ne respectent pas la distanciation physique et d’autres précautions pour aider à endiguer la pandémie, précisant que «ce n’était pas le moment de lâcher prise».

Avant le discours, un responsable de l’administration Biden a indiqué que la Maison-Blanche déploiera 4000 soldats américains supplémentaires pour soutenir les efforts de vaccination contre le coronavirus. L’administration élargira également considérablement le bassin de personnes éligibles pour administrer des vaccins.

Le président compterait doubler le nombre de pharmacies participant au programme de vaccination, étendre les opérations itinérantes pour vacciner les habitants de communautés durement touchées par le virus et doubler le nombre de centres de vaccination de masse gérés par le gouvernement fédéral.

Il y a actuellement 2000 soldats en service actif qui soutiennent les efforts de vaccination dans tout le pays.

Le responsable de l’administration a déclaré que la Maison-Blanche prévoyait de détailler vendredi les plans visant à élargir le bassin de personnes pouvant administrer les injections. Les dentistes, les ambulanciers, les adjoints au médecin, les vétérinaires et les étudiants en médecine deviendront éligibles pour administrer des doses selon les nouvelles directives.

Laisser un commentaire