Jordanie: les touristes se sont cachés dans le château pendant l’attaque

AMMAN, Jordanie – Des touristes en provenance du Canada, du Royaume-Uni et de la Malaisie se sont cachés dimanche dans le château de Karak pendant que des soldats jordaniens et des terroristes échangeaient des coups de feu sur le site.

C’est ce qu’a révélé lundi le ministre jordanien de l’Intérieur, Salameh Hammad, niant par le fait même que des étrangers aient été pris en otages pendant l’attentat.

Dix personnes ont perdu la vie dans l’attaque, dont une touriste canadienne. Trente-quatre personnes ont également été blessées.

M. Hammad a expliqué aux journalistes, lundi, qu’à un certain point, les quatre tireurs étaient postés sur le toit du château de Karak et visaient des policiers et des passants.

Il a déclaré qu’il ne croyait pas que les terroristes étaient conscients que des touristes se trouvaient sur place, au moment de la confrontation armée.

La Canadienne Linda Vachter, une enseignante de 62 ans à la retraite originaire de Burgeo à Terre-Neuve, a été tuée dans l’attaque.

Mme Vachter rendait visite à son fils Chris, qui habite en Jordanie. Celui-ci a été blessé à la mâchoire lors de l’échange de tirs et est présentement soigné dans un hôpital d’Amman. Un deuxième Canadien pourrait aussi compter parmi les blessés.

Le ministre a précisé qu’un touriste en provenance de la Malaisie a réussi à s’enfuir du château pendant l’attaque, alors que deux touristes britanniques ont pu quitter la scène après que les quatre tireurs eurent été tués par les forces de sécurité jordaniennes.

En plus de Mme Vachter et des quatre hommes armés, l’attaque a coûté la vie à sept membres des forces de sécurité jordaniennes et à deux civils.

Il s’agit de la pire attaque à survenir en Jordanie au cours des dernières années. L’attentat n’a pas été immédiatement revendiqué. M. Hammad n’a pas dévoilé l’identité et la nationalité des terroristes, mais a mentionné que certains d’entre eux semblaient bien connaître le château.

La Jordanie est aux prises avec un courant extrémiste. Des centaines de Jordaniens combattent aux côtés des djihadistes de Daech (le groupe armé État islamique) en Syrie et en Irak, et des milliers d’autres appuient le groupe au pays. La Jordanie est un allié important des États-Unis et membre de la coalition américaine contre Daech.

La séquence d’événements de dimanche a commencé lorsqu’une patrouille de police a reçu des signalements de l’incendie d’une maison dans la ville de Qatraneh, dans le district de Karak, a indiqué la Sécurité publique.

Les agents s’étant présentés sur les lieux ont fait l’objet de tirs provenant de l’intérieur de la maison, ont affirmé les autorités. Deux policiers ont été blessés, et les assaillants ont fui à bord d’une voiture, a-t-on indiqué.

Mme Hammad a mentionné que des armes et cinq ou six ceintures d’explosifs ont été trouvées en possession des tireurs, suggérant qu’ils avaient planifié d’autres attaques.

«Je ne crois que leur seule cible était le château de Karak, a-t-il déclaré. Peut-être qu’ils avaient d’autres cibles, mais Dieu nous a aidés à découvrir cette cellule avant qu’ils ne commettent d’autres attaques.»