Jour 11: Santé mentale, factures d’internet et encore le troisième lien

Ce que vous devez savoir de la onzième journée de la campagne électorale fédérale.

OTTAWA — Florilège de promesses, en ce 11e jour de la campagne électorale fédérale, pendant qu’un des chefs fédéraux semble regretter d’avoir partagé publiquement une opinion personnelle.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, se montrait agacé mercredi de se faire entraîner, encore, dans le débat sur le troisième lien. Mardi matin, il a révélé qu’il voit d’un bon oeil ce projet de tunnel pourtant dénoncé par le Parti québécois. Mardi après-midi, il ne voulait plus en parler.

Avec le Château Frontenac comme décor, mercredi matin, il lui était impossible d’éviter encore les questions sur le sujet.

«Je ne suis pas en porte-à-faux, ni en accord, ni quoi que ce soit du genre. L’exécutif de l’État québécois fait une demande au gouvernement fédéral. On dit au gouvernement fédéral »donne la contribution ». (…) Ne confondons pas la position du Bloc et la sollicitation intensive que j’ai eue pour donner quelque chose d’une analyse un peu plus personnelle», a dit M. Blanchet.

«Mettons que, momentanément, je suis redevenu un ex», a-t-il regretté.

Invité à donner son avis sur le sujet, son rival néo-démocrate a déclaré que le troisième lien ne peut être applaudi par les environnementalistes.

«On est contre ce projet parce que ce n’est pas un projet qui amène à nos buts de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, d’investir dans l’infrastructure qui nous aide à faire face à la crise climatique», a souligné Jagmeet Singh, en campagne à Windsor.

Le chef conservateur Erin O’Toole, lui, n’allait pas rater une occasion pour dire qu’il est prêt à financer le projet s’il devient premier ministre.

«M. Blanchet, il vient de changer sa position quelques fois, a-t-il raillé. On va livrer le troisième lien en partenariat avec M. Legault, son gouvernement et les municipalités. On va agir pour le troisième lien.»

Le chef libéral, quant à lui, a répété que son gouvernement serait prêt à financer un volet «transport collectif» dans le troisième lien. «Les discussions vont continuer», a dit Justin Trudeau, refusant de se mouiller davantage.

Les programmes prévus

M. Blanchet était à Québec pour présenter sa brochette de candidats de la région. Il a particulièrement insisté sur Louis Sansfaçon, le père d’Émilie qui, avant de mourir d’un cancer, militait afin d’augmenter le nombre de semaines de prestations d’assurance-emploi pour les personnes souffrant de maladies graves.

Le Bloc québécois reprend ce flambeau et réclame 50 semaines plutôt que les 15 semaines actuelles. Le gouvernement libéral est prêt à donner 26 semaines de prestations.

En campagne en Ontario, le chef conservateur soulignait sa promesse d’investissements fédéraux en santé mentale. Il promet de transférer aux provinces suffisamment de fonds pour qu’un million de Canadiens de plus reçoivent des soins de santé mentale, chaque année.

Serait-ce là une condition que les conservateurs attacheraient à un transfert fédéral en santé?

«On doit travailler ensemble, les provinces et le gouvernement fédéral. (…) Je vais être là comme un partenaire avec les provinces pour nos premières lignes, pour notre système de santé, les CHSLD, les résidences pour aînés, et sur la santé mentale des Canadiens après la pandémie», a simplement offert M. O’Toole en réponse aux journalistes.

À Windsor, M. Singh promettait, s’il prend le pouvoir, de réduire de 1000 $ par année les factures de téléphone cellulaire et d’internet d’une famille.

Jagmeet Singh reproche aux libéraux de ne pas avoir livré leur promesse d’une diminution de ces coûts et il ne pense rien de bon des conservateurs non plus.

«Les libéraux et les conservateurs (…) ont laissé les grandes compagnies de télécommunication effectivement exploiter les gens», a accusé M. Singh.

Le chef libéral était à Surrey, en Colombie-Britannique, pour promettre une augmentation d’impôt pour ceux que la pandémie a épargnés.

S’il est réélu, Justin Trudeau fera passer le taux d’imposition des banques et des compagnies d’assurance de 15 % à 18 %, mais seulement pour les bénéfices qui dépassent le milliard de dollars.

«Les banques ont réussi très bien pendant cette pandémie parce que l’économie a su être protégée par ce que les gens ont fait, par ce que le gouvernement a fait. Alors oui, on sait que les banques vont continuer d’être profitables (…) mais on sait aussi qu’on devrait leur en demander un peu plus», a dit M. Trudeau.

De son côté, la cheffe du Parti vert, Annamie Paul faisait encore campagne à Toronto. Elle a expliqué qu’il fallait mettre sur pied un groupe de travail intergouvernemental permanent chargé d’intervenir rapidement en cas de crise.

Mme Paul a plaidé pour une amélioration de la sécurité des Canadiens en investissant dans la fabrication de médicaments et d’équipements de protection au Canada, dans une refonte du système d’hébergement et de soins de longue durée.

Elle a aussi mis l’emphase sur l’importance d’avoir une stratégie de mitigation des changements climatiques qui entraînent la détérioration des écosystèmes, ce qui peut provoquer des pandémies.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.