François Legault se mêle de la campagne électorale fédérale

Ce que vous devez savoir de la douzième journée de la campagne électorale fédérale.

OTTAWA — La 12e journée de la campagne électorale fédérale a été détournée par un politicien qui n’est pas en campagne.

Jeudi, François Legault a annoncé, comme chaque fois, sa liste de demandes aux partis fédéraux. Sa liste, comme son ton, semblaient favoriser les conservateurs, au détriment des libéraux et des néo-démocrates.

Tout en haut de cette liste, sa demande d’une augmentation des transferts en santé. 

Justin Trudeau ne veut pas en parler avant la fin de la pandémie. Erin O’Toole ne s’est engagé qu’à une augmentation de 6 % par année. Or, toutes les provinces veulent d’abord que les transferts passent de 22 % à 35 % de leur facture pour les soins de santé, avant de s’installer à 6 % par année.

M. Legault applaudit l’engagement conservateur du 6 % et attend d’entendre M. O’Toole sur la mise à niveau. 

Le chef conservateur n’a pas tardé à tempérer les espoirs du premier ministre provincial dans ce dossier. En point de presse à Ottawa, Erin O’Toole n’a voulu s’engager que pour le «6 % minimum, mais sans conditions», et rien d’autre.

M. Legault a essuyé un autre refus conservateur, plus clair encore. Le premier ministre a dit qu’il ne s’inquiète pas du désir du chef conservateur d’annuler le programme national de garderies du gouvernement Trudeau. Québec a obtenu 6 milliards $ sur cinq ans, sans conditions, en compensation pour ce programme que la province n’utilisera pas.

«Je m’attends à ce que la signature du gouvernement fédéral soit respectée, peu importe qui sera au pouvoir le 20 septembre au soir», a indiqué M. Legault.

Quelques minutes plus tard, M. O’Toole a clairement laissé entendre que les 6 milliards $ ne seront pas versés à Québec.

«Je vais assister les familles québécoises directement», a-t-il répondu à un journaliste, s’en tenant à sa promesse électorale d’un crédit d’impôt pour les parents.

M. Legault est probablement davantage au même diapason que M. O’Toole pour ce qui est de son «autre priorité»: l’immigration.

Il demande qu’Ottawa cède à Québec les immigrants de la catégorie du regroupement familial. «Je vais donner plus de pouvoirs en immigration, incluant la réunification familiale», a promis M. O’Toole.

La déclaration de revenus unique et la loi sur la laïcité ont également trouvé place dans la liste de M. Legault, comme en 2019. Et ce sont là deux sujets où les conservateurs sont davantage en accord avec le gouvernement caquiste que leurs adversaires libéraux et néo-démocrates.

Celui qui, d’habitude, se fait le porte-étendard des demandes de Québec n’a pas voulu voir la préférence manifestée par M. Legault aux positions conservatrices.

«Je n’ai pas observé ça», a dit Yves-François Blanchet lors d’un arrêt de campagne à Saguenay.

«Je n’ai pas entendu M. Legault saluer la position des conservateurs en matière de garderies. Je n’ai pas entendu M. Legault saluer la position des conservateurs en matière de transferts en santé», a-t-il poursuivi. Ce qu’il a voulu voir et entendre, c’est que les demandes de Québec correspondent parfaitement à son programme électoral. 

Le chef néo-démocrate, lui, n’a pas hésité à afficher sa préférence pour une intervention fédérale dont M. Legault ne veut pas.

«Si quelqu’un a eu la perte de ses proches dans les centres de soins de longue durée, ce qui n’est pas normal, c’est de dire »oh ce n’est pas notre compétence, ce n’est pas notre juridiction, on ne peut pas faire quelque chose »», a lancé Jagmeet Singh, de passage à Winnipeg. 

Le chef libéral a préféré ne pas commenter la sortie du premier ministre québécois. Sorti le matin à Québec, Justin Trudeau a refusé de tenir une mêlée de presse en après-midi à Trois-Rivières, malgré les demandes répétées des journalistes sur sa caravane.

Promesses du jour

De passage à Québec, Justin Trudeau a promis une augmentation du supplément de revenu garanti pour les 65 ans et plus.

«On va augmenter de jusqu’à 500 $ le revenu de supplément garanti pour les aînés seuls âgés de 65 ans et plus, et jusqu’à 750 $ pour les couples», a fait miroiter Justin Trudeau.

À Saguenay, le chef du Bloc québécois a souligné que cette promesse est loin des demandes répétées de sa formation.

«La demande majeure du Bloc, c’est une bonification de la pension de la sécurité de la vieillesse qui est un programme réservé aux gens de 65 ans et plus (…). Notre demande demeure donc intégrale», a dit Yves-François Blanchet.

Il continue de reprocher aux libéraux de faire de la discrimination en instaurant, à partir de l’an prochain, une augmentation de la pension de la sécurité de la vieillesse qui ne sera versée qu’aux aînés de 75 ans et plus.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) était à Winnipeg pour parler de crise du logement. 

«On veut bâtir 500 000 logements sociaux et abordables pour aider les gens», a rappelé Jagmeet Singh.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.