Jour 18: Les électeurs ont en main toutes les promesses, avec ou sans chiffres

Ce que vous devez savoir de la dix-huitième journée de la campagne électorale fédérale.

OTTAWA — En plein milieu de cette campagne électorale, les libéraux ont publié leur plateforme. Il reste maintenant deux semaines et demie aux électeurs pour comparer l’ensemble des promesses de chacun.

Justin Trudeau s’en est remis, une fois de plus, à la bonne santé économique du pays pour expliquer comment il pourra payer pour les nouvelles dépenses promises, alors qu’elles sont trois fois supérieures aux nouveaux revenus espérés par les libéraux.

«On parle de ces chiffres justement parce qu’on les a partagés en détail dans notre plateforme», a souligné M. Trudeau en brandissant son document fraîchement imprimé, lors d’une présentation devant journalistes, mercredi à Toronto.

«Les autres partis ne sont pas en train de partager leurs chiffres, n’ont pas partagé leurs projections, à part de dire, (par) une pensée magique, que l’économie va croître à 3 % pour les 10 prochaines années; ce qui ne s’est jamais passé dans la vie de notre pays», a-t-il ajouté, s’en prenant à son adversaire conservateur.

«Nous avons soumis notre plateforme au Directeur parlementaire du budget dès que nous avons pu le faire», s’est justifié Erin O’Toole. Il a promis une mise à jour, avec chiffres, de son document quand le directeur aura fait le travail.

«Et nous avons un objectif pour faire croître notre économie: 3 % de croissance afin que tous les secteurs de l’économie retournent au travail. (…) Et nous livrerons cela», a-t-il maintenu, lors d’un point de presse dans son studio d’Ottawa.

L’ensemble des promesses libérales, M. O’Toole les a qualifiées de «recyclées». Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), de passage à Montréal, s’est contenté de dire qu’il n’y croit pas.

«Le problème avec ce que Justin Trudeau va promettre, c’est qu’il prend cette approche: pourquoi on doit livrer la marchandise quand on peut seulement faire des promesses sans avoir des actions concrètes», a laissé tomber Jagmeet Singh.

«Ça donne encore l’impression d’un programme qui est entre du réchauffé et de l’improvisé, selon les circonstances», a offert le chef du Bloc québécois qui faisait campagne à Montréal, lui aussi.

Yves-François Blanchet a tout de même trouvé de quoi applaudir.Il s’est réjoui d’une promesse de crédit d’impôt pour faciliter le maintien ou le retour sur le marché du travail des personnes âgées de plus de 65 ans.

«Ce n’est pas la hausse de la pension de vieillesse», a noté M. Blanchet. «Mais c’est bon. C’est bon parce que la société civile le demande. C’est bon parce que les aînés le demandent. C’est bon parce que (…) le Bloc l’a proposé à de nombreuses reprises. (…) C’est une excellente nouvelle pour les aînés.  (…) Si on a contribué à ça, on est content», a-t-il souri.

Quelques chiffres et quelques intentions

Dans leur plateforme, les libéraux promettent 78 milliards $ de nouvelles dépenses, en cinq ans. L’argent coulerait surtout pour l’accès à la propriété, le logement abordable, les garderies à moins de 10 $ et des services en santé financés à certaines conditions. 

Justin Trudeau prévoit encaisser un peu plus de 25 milliards $ durant la même période en imposant davantage les banques et les entreprises les plus rentables, et en haussant l’impôt minimal pour les plus riches. 

Et comme à chaque fois, on fait miroiter des milliards de dollars à récupérer en débusquant l’évitement fiscal.

Le chef conservateur a rappelé son intention de se débarrasser de la Banque de l’infrastructure du Canada, créée par les libéraux. Erin O’Toole promet aussi de mettre en place l’infrastructure nécessaire pour livrer à tous les Canadiens l’internet haute vitesse, dans un premier mandat.

Jagmeet Singhavaitconvoqué la presse sur des terres fédérales, au Bassin Peel, dans le Vieux-Port de Montréal. Il voudrait que le terrain serve à loger les Montréalais, mais le terrain est convoité par un groupe privé qui voudrait y ériger un stade de baseball.

Le chef du NPD aime bien le baseball, mais «si on parle de comment on utilise les terrains fédéraux, on doit les utiliser pour des logements sociaux et abordables. (…) Je n’aide pas les groupes privés à créer un stade au lieu d’aider les gens qui ont besoin de logements sociaux».

Une querelle plus personnelle

Les quatre chefs fédéraux seront réunis sur un plateau de télévision jeudi soir, pour un premier débat, celui sur les ondes de TVA.

Les échanges entre Jagmeet Singh et Yves-François Blanchet seront particulièrement à surveiller. Les deux hommes ont eu quelques accrochages depuis 2019.

Mercredi, en point de presse, le chef du NPD a été invité à commenter la lutte au Québec entre son parti et le Bloc. «Je ne m’inquiète pas des partis d’opposition. Ma cible, c’est le gouvernement», a laissé tomber M. Singh.

Le chef bloquiste, lui, ne s’est pas retenu pour critiquer les intentions «centralisatrices» du NPD. «Il viendrait nous dire »vous savez au Québec, non seulement vous êtes racistes, mais vous êtes pas bons et moi je vais vous dire comment ça marche ». Ça commence à être un peu tannant», s’est offusqué M. Blanchet.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.