Jour 24: manifestations violentes chez Trudeau et flou sur les armes chez O’Toole

Ce que vous devez savoir de la vingt-quatrième journée de la campagne électorale fédérale.

Nathan Denette / La Presse Canadienne

OTTAWA — Au 24e jour de la campagne électorale, le chef néo-démocrate n’en revenait pas de devoir dire tout haut qu’il ne faut pas jeter des cailloux sur les politiciens en campagne.

Jagmeet Singh, comme les trois autres chefs fédéraux apparus devant les médias mardi matin, a dû commenter les excès de manifestants qui se sont trouvés sur le chemin de Justin Trudeau, une fois de plus, lundi soir.

C’était à London, en Ontario. Des petits cailloux ont été lancés en direction du chef libéral et de son entourage, militants libéraux et journalistes confondus.

À Montréal, mardi matin, M. Trudeau a confirmé que «oui, j’ai senti que quelqu’un m’a pitché quelque chose», à sa sortie d’une brasserie, la veille. Il a attaqué vertement «la meute» qui pose de tels gestes parce qu’en colère contre les restrictions sanitaires imposées par la pandémie de COVID-19.

«Je suis entouré de policiers. (…) Ce n’est pas moi qui devrait être inquiet. (…) Moi, je m’inquiète pour l’infirmière qui rentre pour un shift de minuit à l’hôpital, qui a peur que quelqu’un va sortir sur le trottoir pour lui arracher son masque, pour lui pitcher du gravier, pour cracher dessus. C’est à elle qu’il faut qu’on pense», a dit M. Trudeau.

«Je ne peux pas imaginer que je suis en train de dire ça en 2021: ne lancez pas des pierres aux gens avec lesquels vous n’êtes pas d’accord», s’est étonné M. Singh, lors d’un arrêt à Toronto. Le chef néo-démocrate a supposé que ces manifestants «ont clairement des problèmes de santé mentale».

«Il n’est jamais nécessaire ou pertinent d’avoir recours à l’intimidation ou à la violence», a souligné le chef bloquiste, de passage à Ottawa. Yves-François Blanchet a ajouté que s’il se mêlait à des foules hostiles comme continue de le faire M. Trudeau, les agents de sécurité qui le suivent lui feraient «de gros yeux».

«Totalement inacceptable», a dit Erin O’Toole à propos de l’incident de la veille. Pour sa part, il a rappelé qu’il utilise à répétition le studio que son parti a installé à Ottawa, question de faire campagne «de manière sécuritaire dans une pandémie».

Dans un courriel, un porte-parole du Service de police de London a confirmé qu’une enquête a été ouverte à propos de l’incident impliquant M. Trudeau.

Encore les armes à feu

Les maires de cinq villes québécoises sont sortis mardi matin pour exiger la prohibition de toutes les armes d’assaut et les armes de poing dans l’ensemble du pays.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a attaqué tous les partis fédéraux, estimant que leurs promesses sont «insatisfaisantes» et «déconnectées de la réalité». 

Pendant ce temps, le chef conservateur a continué à maintenir le flou sur sa position au sujet de l’interdiction de 1500 modèles d’armes à feu prohibées depuis mai 2020.

Sa plateforme, en ligne, continue de promettre l’abolition du décret qui a interdit ces armes. Le parti d’Erin O’Toole y a simplement ajouté une note en bas de page: «1. Toutes les armes à feu actuellement interdites le resteront.»

Ni le chef, ni son parti, n’ont expliqué cette contradiction,

Erin O’Toole n’a pas voulu non plus préciser jusqu’à quand «les interdictions en place» seraient maintenues, lui qui promet de revoir la classification des armes s’il prend le pouvoir.

Blanchet vs English Montreal

Le chef du Bloc s’en est pris à la commission scolaire English Montreal, mardi. Le conseil des commissaires de l’organisme a adopté une résolution le 1er septembre pour réclamer que le gouvernement Legault retire son projet de loi 96. Il demande aussi au gouvernement fédéral de renvoyer l’affaire à la Cour suprême du Canada.

«Le Québec n’est pas une “nation”, affirme la résolution (…) Ce n’est pas parce qu’on se prête une identité qu’elle devient nôtre.» Des mots qui ont fait bondir Yves-François Blanchet.

«Quelle insulte», a tonné le chef bloquiste qui y voit «une forme grave de mépris». Pour l’occasion, M. Blanchet avait installé son micro devant l’édifice de la Cour suprême du Canada, mardi matin. Il y a demandé à Justin Trudeau et à Erin O’Toole de s’engager formellement à ne pas contester l’éventuelle loi du gouvernement Legault.

En après-midi, M. Blanchet avait déménagé son micro aux abords de l’Université d’Ottawa où il a demandé, une fois de plus, que le gouvernement fédéral enlève à l’institution la gestion du programme de contestation judiciaire. Le chef bloquiste doute du jugement de l’université étant donné son traitement de la professeure Verushka  Lieutenant-Duval et de sa tolérance à l’égard du professeur Amir Attaran.

Les verts dévoilent leur plateforme

La cheffe des verts, Annamie Paul, ne tenait pas de point de presse en après-midi à Toronto, mardi, comme elle le fait régulièrement depuis le début de la campagne. Son parti a tout de même profité de cette 24e journée pour dévoiler sa plateforme.

Comme on pouvait s’y attendre, l’environnement occupe une grande partie du document. Les verts y promettent notamment de rehausser les cibles de réduction des gaz à effet de serre, d’annuler tous les nouveaux projets de pipeline et d’exploration pétrolière, en plus de taxer davantage le carbone et de bannir la vente de tous les véhicules de passagers à essence.

Peu de promesses sont chiffrées, mais le parti a indiqué que plus d’informations seront publiées ultérieurement.

«Le Parti vert travaille sur ses stratégies pour concrétiser quand et comment seront mis en place les plus importants programmes présentés dans la plateforme», a précisé une porte-parole.

La formation dirigée par Mme Paul était la seule qui n’avait toujours pas dévoilé sa plateforme.

Les chefs des cinq principaux partis se retrouveront mercredi pour le débat des chefs en français, qui sera présenté au Musée canadien de l’histoire, à Gatineau, dès 20 heures. Le débat en anglais aura lieu le lendemain.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.