Jour 33: Le PLQ mise sur l’économie de partage, le PQ sur la jeunesse

QUÉBEC — Le temps commence à manquer pour les chefs de parti, qui n’ont plus que quelques jours pour procéder aux dernières annonces d’engagements et visiter les circonscriptions où leur présence pourrait éventuellement faire une différence le jour du vote.

Faisant campagne dans la région de Montréal, les libéraux de Philippe Couillard ont promis, lundi, en ce 33e jour de campagne, que s’ils sont réélus le 1er octobre ils vont s’occuper davantage de ce qu’il est convenu d’appeler l’économie de partage, de plus en plus en vogue, mais qui demeure difficile à réglementer.

Le chef libéral Philippe Couillard a dit vouloir jeter les bases d’un «cadre unique» visant à établir les obligations fiscales, économiques et sociales liées aux plateformes comme Uber ou AirBnb.

Il promet de créer un «Chantier de l’économie collaborative» afin de se pencher sur la question.

Un nouveau mode de scrutin? «Non», dit Couillard

M. Couillard a coupé court aux ambitions des trois autres partis, qui s’engagent, contrairement à lui, à réformer le mode de scrutin. Il serait «excessivement douteux» de procéder à une réforme du mode de scrutin sans l’assentiment de tous les partis à l’Assemblée nationale, estime le chef libéral.

«Je pense que tout le monde s’entend que pour changer quelque chose d’aussi important que le mode de scrutin, ça prend le vote unanime de l’Assemblée nationale», a-t-il dit.

Or, le PLQ est le seul à s’opposer à la refonte du mode de scrutin alors que la Coalition avenir Québec (CAQ), le Parti québécois (PQ) et Québec solidaire (QS) s’engagent à aller de l’avant en instaurant un mode de scrutin proportionnel mixte. 

PQ: Un ministère de la Jeunesse

S’il forme le gouvernement, le Parti québécois (PQ) créera un ministère de la Jeunesse, qui chapeautera les secteurs de l’éducation primaire et secondaire, les services de garde et les services de protection de la jeunesse.

Le chef péquiste Jean-François Lisée créerait aussi un poste de «chargé de mission pour l’enfance».

Lundi, M. Lisée, qui faisait aussi campagne à Montréal, a aussi encouragé les anglophones et les allophones à voter pour son parti, puisque de toute façon, il n’y aurait pas de référendum dans le premier mandat.

Le bras de fer entre le PQ et Québec solidaire, amorcé lors du dernier débat des chefs jeudi, s’est poursuivi lundi.

Après avoir soulevé des questions sur la gouvernance interne du parti de gauche au cours des derniers jours, le chef péquiste a brandi le spectre du communisme, lundi.

Selon M. Lisée, il y a des communistes chez Québec solidaire, et le parti souhaite nationaliser à outrance les entreprises, ce qui correspond à cette idéologie, a-t-il laissé entendre.

CAQ: L’homme de 10 millions $

On a appris lundi que les actifs financiers du chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, se chiffraient à 9,866 millions $.

Le leader caquiste a mis au défi ses adversaires politiques de dévoiler à leur tour l’ensemble de leurs actifs afin de «contribuer à renforcer la confiance des citoyens envers la classe politique».

De son côté, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a dévoilé des actifs avoisinant 1,95 million $.

Le premier ministre sortant, Philippe Couillard, a été le dernier à mettre ses documents — audités — en ligne, déclarant des actifs, au 31 décembre, évalués à 659 402 $ et un avoir net d’environ 442 000 $.

M. Couillard a notamment 230 512 $ dans un régime enregistré d’épargne-retraite et détient des actions à droits de vote multiples dans une société dont la valeur est estimée à 149 445 $.

Sa conjointe, Suzanne Pilote, a déclaré des actifs plus élevés, à quelque 1,1 million $, qui sont essentiellement attribuables à des participations dans des propriétés totalisant 638 500 $.

La CAQ à la conquête des régions

Par ailleurs, s’il veut former un gouvernement majoritaire, M. Legault devra avoir l’appui des régions, selon lui. Les derniers sondages indiquent que la CAQ perd du terrain, voyant ses chances de former un gouvernement majoritaire diminuer chaque jour.

«C’est sûr que la majorité pourrait venir des régions, donc c’est pour ça que je vais être en région au cours des prochains jours», a-t-il exposé en mêlée de presse après avoir visité une usine de Mont-Laurier, dans les Laurentides, avant de prendre la route vers l’Abitibi, où la CAQ n’a jamais remporté la victoire.

Il se rendra aussi au Saguenay-Lac-Saint-Jean, en territoire majoritairement péquiste, en fin de course.

QS: Les dents d’abord

La santé buccale des Québécois continue d’être un thème privilégié par Québec solidaire.

Pour faciliter l’accès à des soins dentaires, Québec solidaire a proposé lundi, à Montréal, de permettre aux hygiénistes dentaires de travailler sans la supervision d’un dentiste.

Pour ce faire, le gouvernement devrait revoir le Code des professions afin d’accorder davantage d’autonomie professionnelle aux hygiénistes dentaires.

La lutte contre la pauvreté

Plusieurs groupes communautaires qui travaillent dans la lutte contre la pauvreté et l’itinérance ont par ailleurs dénoncé, lundi, le peu de cas qui a été fait de ces questions durant la campagne électorale.

Ils ont réclamé de la part des chefs des engagements concrets touchant le logement social, l’aide sociale et l’accès aux soins de santé, notamment.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie