Justin Trudeau a reçu beaucoup de représentations de lui-même en cadeau

OTTAWA — Justin Trudeau a reçu son portrait en cadeau, sous une forme ou une autre, quelque 17 fois depuis qu’il a été élu premier ministre, dont une fois par le président de la Chine.

Les portraits et photos, ainsi qu’une panoplie de vases, bouteilles de vin et produits dérivés «Star Wars», font partie des plus de 400 cadeaux d’une valeur de plus de 200 $ que M. Trudeau a déclarés au commissaire fédéral à l’éthique depuis son élection à la fin de 2015.

Parmi les «représentations de moi-même», comme elles sont communément décrites dans les déclarations de M. Trudeau, figurent un sceau offert par le président chinois, Xi Jinping, et une peinture sur peau de chèvre offerte par Abiy Ahmed Ali, le premier ministre d’Éthiopie.

On remarque aussi un collage en cristal 3D de M. Trudeau et de l’ancien président américain Barack Obama, ainsi que des découpages de lui et de sa femme, Sophie Grégoire Trudeau, tous deux offerts par des artistes canadiens.

Le cabinet du premier ministre, lorsqu’on l’a interrogé, n’a pas spécifiquement abordé ce qu’il advient de toutes ces représentations et portraits de M. Trudeau. Le premier ministre en a-t-il par exemple accroché aux murs de sa résidence officielle de Rideau Cottage — comme son portrait à l’huile intitulé «Moments heureux»? Son personnel a simplement souligné que certains cadeaux étaient conservés ou entreposés, tandis que d’autres étaient offerts ou cédés à l’État.

Roy Norton, qui a été chef du protocole à Affaires mondiales Canada de 2016 à 2019, a déclaré à La Presse Canadienne qu’il ne voyait dans la tendance du «cadeau-portrait» qu’un désir «d’être plus personnel et moins coûteux».

Pour les mêmes raisons, le bureau du protocole canadien essaie de faire correspondre les cadeaux offerts par M. Trudeau aux goûts de ses destinataires, explique M. Norton.

Ainsi, l’ex-chancelière allemande Angela Merkel, qui adore Bach, a reçu un coffret de concertos interprétés par le virtuose canadien Glenn Gould. De la même façon, M. Trudeau a notamment offert à l’ancien président américain Donald Trump une photographie de l’homme d’affaires avec Pierre Elliott Trudeau à New York en 1980. «Trump aime les photos de lui-même, donc c’était un cadeau qui a apparemment été très bien reçu», a raconté M. Norton. 

Les échanges de cadeaux constituent une affaire diplomatique savamment orchestrée, rappelle-t-il. Mais selon lui, les premiers ministres canadiens aimeraient mieux en général ne pas recevoir de cadeaux du tout, pour éviter la mauvaise impression que cela pourrait laisser dans l’opinion publique.

«Aucun dirigeant d’un pays démocratique n’a intérêt à être compromis ou à passer une seule minute dans les médias à défendre un cadeau reçu ou offert», a-t-il soutenu.

Trottinette et selle en cuir

M. Trudeau a reçu 110 cadeaux de chefs d’État ou de gouvernement d’autres pays depuis qu’il est devenu premier ministre en octobre 2015, selon une analyse des archives publiques. On constate aussi une baisse importante pendant la pandémie, les voyages officiels étant devenus beaucoup moins fréquents.

Parmi ces dirigeants, le roi de Jordanie a été le plus généreux, avec 10 cadeaux offerts à M. Trudeau, allant d’une selle en cuir faite main jusqu’à des pots de miel. 

Le roi Abdallah II a même fait déposer chez M. Trudeau une boîte de produits de soins corporels lors d’un voyage privé au Canada l’année dernière — une visite au cours de laquelle les deux hommes ne se sont pas rencontrés, tient à préciser le cabinet du premier ministre.

Le président français Emmanuel Macron, qui rencontre souvent M. Trudeau, arrive deuxième dans la liste, avec sept cadeaux, dont un stylo «Star Wars X-wing», édition limitée. Un souvenir «Guerre des étoiles» peut-être éclipsé par le cadeau de Barack Obama en 2016: une copie du scénario du «Réveil de la Force» signée par le réalisateur J.J. Abrams.

Plus de 140 cadeaux déclarés par M. Trudeau ont été en fait offerts à son épouse Sophie ou à leurs enfants, comme des trottinettes et des peluches de «Bo» le chien des Obama.

Plusieurs dizaines de cadeaux étaient en fait des «présentations» au premier ministre de créateurs de vêtements, d’accessoires ou de bijoux, comme une paire de gants de boxe offerte par un fabricant en 2018. 

M. Trudeau a dû par ailleurs céder à l’État 20 cadeaux au cours des dernières années, car ils valaient plus de 1000 $. Il y avait dans ce lot trois peintures de lui-même, une tunique arabe et une montre Seiko offerte par le premier ministre japonais.

Il a toutefois remboursé une partie des frais de deux cadeaux afin de pouvoir les conserver: un vélo électrique offert en 2016 par le premier ministre chinois Li Keqiang, et une gravure de l’artiste inuite Annie Pootoogook donnée en 2017 par la présidente de l’organisme Nunavik Tunngavik. 

Le premier ministre a également reçu de son homologue chinois Li un téléphone Android Huawei «Mate 10 Pro» en 2017. De peur que les appareils électroniques chinois n’éveillent les soupçons, M. Norton précise que la Gendarmerie royale du Canada examine minutieusement tout ce que le premier ministre reçoit  — et parfois même démonte des objets à la recherche de tout élément suspect. 

Une porte-parole de M. Trudeau a aussi indiqué que tous les cadeaux qui lui étaient envoyés sont contrôlés par les services de sécurité.

Les déclarations au commissaire à l’éthique n’incluent pas les objets qui valent moins de 200 $, comme les bibelots et les lettres que le premier ministre canadien reçoit souvent du grand public.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.