Justin Trudeau consultera les partis d’opposition avant le discours du Trône

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau tend la main aux chefs des partis d’opposition à quelques jours du discours du Trône pour entendre leurs idées et ainsi éviter d’échouer à un vote de confiance qui pourrait plonger le pays en campagne électorale.

M. Trudeau a une rencontre téléphonique prévue mercredi après-midi avec le chef bloquiste Yves-François Blanchet, qui s’est placé en isolement préventif après qu’un de ses employés eut reçu un test positif de COVID-19. Il doit aussi s’entretenir avec le chef conservateur Erin O’Toole et le chef néo-démocrate Jagmeet Singh plus tard cette semaine, à des moments qui restent à être déterminés.

Les invitations ont été lancées aux trois chefs des formations politiques dans les dernières heures.

«Nous avons reçu une invitation ce matin», a indiqué l’attachée de presse de M. O’Toole, Chelsea Tucker, dans un courriel à La Presse Canadienne mardi.

Le discours du Trône sera présenté le 23 septembre. Le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau a déjà indiqué qu’il présentera des mesures destinées à protéger la santé des Canadiens et maintenir l’économie à flot dans l’éventualité d’une deuxième vague. On pourrait y trouver notamment plus de financement en santé, ainsi que pour le logement abordable et les services de garde d’enfants.

Ce discours devrait donc, en théorie, être de la musique aux oreilles du Nouveau Parti démocratique.

Mais M. Singh minimisé l’importance de l’exercice et estime que ces paroles ne sont que des paroles tant que les libéraux n’auront pas déposé un budget.  

«Mon inquiétude, c’est que le gouvernement libéral et le premier ministre Trudeau disent les bonnes choses, mais (…) ne livrent pas la marchandise», a-t-il dit lors d’une conférence de presse en marge de son caucus, mardi.

Lors de sa rencontre avec M. Trudeau, M. Singh exigera entre autres une bonification des programmes d’aide à venir pour les chômeurs qui seraient moins généreux que la Prestation canadienne d’urgence.

«Au lieu de 2000 $ (par mois), ce qu’ils proposent va donner 1600 $ (par mois). Donc je veux que le gouvernement arrête ça. Au lieu de réduire l’aide, je veux qu’ils continuent au même niveau», a insisté le chef néo-démocrate.

C’est la gouverneure générale Julie Payette qui fera la lecture, au Sénat, du document préparé par le gouvernement libéral. Ce discours marque le début des travaux du Parlement et fera l’objet d’un vote de confiance.

Les partis d’opposition pourraient décider de renverser le gouvernement, minoritaire, alors que le pays connaît une recrudescence des cas de COVID-19. Ce scénario est cependant peu souhaitable et probable selon différents observateurs.

Laisser un commentaire
Les plus populaires