Justin Trudeau et Pierre Poilievre s’affrontent au Québec

SHAWINIGAN, Qc — Le premier ministre Justin Trudeau et son principal adversaire, le chef conservateur Pierre Poilievre, étaient tous deux en Mauricie, mercredi, où ils ont joué du coude pour attirer l’attention des Québécois.

De passage à Shawinigan, le premier ministre Trudeau a vivement critiqué le chef conservateur, qui devait s’adresser aux médias en après-midi à Trois-Rivières, affirmant avec sarcasme qu’il se réjouissait de voir «qu’enfin, M. Poilievre commence à prêter un peu d’attention au Québec» et qu’il commencera «peut-être à être à l’écoute des priorités des Québécois».

Selon M. Trudeau, qui visitait une entreprise de fabrication de bornes de recharge pour véhicules électriques, Pierre Poilievre devra apprendre que «pour les Québécois, l’économie et l’environnement ne sont pas en contraste, ils doivent aller ensemble».

Il a également dit espérer que la visite de son vis-à-vis conservateur lui donne «une meilleure compréhension (de l’importance) d’avoir un plan pour lutter contre les changements climatiques».

Le passage de Justin Trudeau en Mauricie s’inscrit dans une tournée plus large visant à promouvoir les efforts de transition énergétique de son gouvernement, alors que celui de M. Poilievre vise davantage à tenter de rehausser sa cote de popularité, anémique dans la province.

Évidemment, Pierre Poilievre n’a pas hésité à répliquer lorsque mis au courant de ces propos moins de deux heures plus tard lors d’une conférence de presse à Trois-Rivières.

Il a d’abord rejeté l’idée voulant qu’il commence à peine à s’intéresser au Québec: «Premièrement, je suis (venu) ici quatre fois dans un an (…) Ça, c’est beaucoup plus que lui. Lui, il a un avion privé, c’est très facile pour lui d’aller n’importe où, n’importe quand. Moi, je viens par l’autoroute.» 

Puis, le chef conservateur s’est attaqué durement au bilan de M. Trudeau: «Deuxièmement, qu’est-ce qu’il a fait pour l’économie et l’environnement? En économie, on a le taux d’inflation le plus élevé en 40 ans. Il a doublé la dette nationale.» 

Sur le plan environnemental, il lui a reproché d’avoir «manqué toutes ses cibles en termes d’émissions de gaz à effet de serre. Oui, il a beaucoup parlé de ces enjeux-là. Grand parleur, petit faiseur. Il ne livre jamais la marchandise», a raillé M. Poilievre.

Le chef conservateur prévoit par ailleurs rencontrer le premier ministre du Québec, François Legault, mais n’a pas voulu préciser à quel moment. Il en a profité pour saluer la volonté exprimée par celui-ci de construire de nouveaux barrages afin de produire «de l’énergie verte».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.