Justin Trudeau mène une charge à fond de train contre Pierre Poilievre

Le premier ministre Justin Trudeau a attaqué de toute part le nouveau chef conservateur Pierre Poilievre, lundi, répliquant aux critiques de ce dernier voulant qu’il soit à la tête du gouvernement le plus dépensier dans l’histoire du Canada.

«Je veux mettre une chose bien au clair. Le fait d’avoir été là pour les travailleurs, les familles, les étudiants, les aînés, les entreprises et tous les Canadiens, c’était la bonne chose à faire et c’était la chose intelligente à faire pour notre économie. On ne reculera et on ne s’excusera jamais d’avoir été là pour les Canadiens», a-t-il lancé depuis le Nouveau-Brunswick, où il se trouve pour une retraite du caucus libéral.

M. Trudeau est sorti de sa réserve après avoir félicité le nouveau chef de l’opposition officielle et avoir soutenu que les libéraux sont toujours prêts à travailler «avec tous les parlementaires».

Or, il a prévenu que ses troupes et lui n’hésiteraient pas à dénoncer toute «idée économique irresponsable».

«Dire aux gens qu’ils peuvent éviter l’inflation en investissant leurs économies dans des cryptomonnaies volatiles n’est pas de jouer un leadership responsable», a-t-il asséné en faisant allusion à des propos tenus par M. Poilievre durant la course à la chefferie conservatrice qui vient de se conclure.

Quelques heures plus tôt, le leader conservateur a lancé le «défi» à M. Trudeau de s’engager à éviter toute hausse de taxes et d’impôts, après lui avoir reproché l’augmentation de la taxe sur le carbone.

«Nous nous battrons bec et ongles pour empêcher la coalition (entre les libéraux et néo-démocrates) d’en initier», a-t-il martelé en marge de la première rencontre avec son caucus  depuis son élection comme chef conservateur.

M. Trudeau n’a pas tardé à répliquer. «Quand les politiciens conservateurs disent qu’ils veulent lutter contre l’inflation avec plus de pollution, (notre) équipe lui rappellera que les changements climatiques sont réels et que des personnes réelles sont touchées par les inondations et feux de forêt qu’ils aggravent», a dit le chef libéral.

Il a aussi rappelé que M. Poilievre a accordé son soutien au «convoi de la liberté» ayant paralysé le centre-ville d’Ottawa l’hiver dernier en mentionnant qu’«attaquer les institutions qui rendent notre société juste, sécuritaire et libre ne revient pas à faire preuve d’un leadership responsable».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.