Justin Trudeau n’a pas de calendrier pour débloquer l’aide afghane

OTTAWA — Le premier ministre Justin Trudeau n’a pour le moment pas précisé de calendrier indiquant quand les groupes d’aide canadiens pourront répondre à la crise humanitaire en Afghanistan, bien que des pays pairs aient trouvé des moyens de contourner leurs lois antiterroristes il y a des mois.

Des groupes d’aide ont annoncé aux députés ce printemps que des responsables canadiens les avaient prévenus qu’ils pourraient enfreindre les règles sur le financement du terrorisme en apportant leur soutien.

Ils ont déclaré à un comité parlementaire que des responsables ont expliqué que l’achat de fournitures ou le paiement d’un chauffeur pour livrer de la nourriture en Afghanistan entraînerait des taxes pour les talibans, qui ont pris le contrôle du pays en août 2021 et que le Canada reconnaît comme une organisation terroriste.

Les libéraux disent vouloir trouver une solution de contournement. Néanmoins, M. Trudeau n’a proposé aucun échéancier mercredi lorsqu’on lui a demandé quand le gouvernement fédéral réglerait la situation.

«Nous savons à quel point il est important de soutenir le peuple afghan, a répondu M. Trudeau lors d’une conférence de presse à Pickering, en Ontario. Nous continuerons à chercher comment nous pouvons aider.»

L’Afghanistan fait face à une pénurie de vivres et de fournitures médicales, aggravée par les sanctions internationales, deux grands tremblements de terre et la sécheresse.

L’UNICEF a signalé une augmentation du travail des enfants et a déclaré que de plus en plus de familles offrent leurs jeunes filles en mariage en échange d’une dot afin qu’elles puissent acheter les produits de première nécessité.

Au moment où le comité spécial de la Chambre des communes sur l’Afghanistan a rendu compte de la question de l’aide en juin, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie et l’Union européenne avaient tous trouvé des solutions de contournement à leurs propres lois, permettant aux organisations d’aider les Afghans sans encourir de sanctions.

Le gouvernement a déposé une réponse au rapport du comité la semaine dernière, déclarant qu’il «examinera des mesures, y compris des options législatives», mais sans proposer de calendrier.

«Les mesures et la législation antiterroristes actuelles ont pour effet involontaire d’entraver l’aide humanitaire légitime en Afghanistan», lit-on dans la réponse du 6 octobre.

«Contrairement aux lois de certains autres États partageant les mêmes idées, le Canada ne dispose pas d’un mécanisme d’exemption pour cette infraction (de financement du terrorisme), y compris pour la fourniture d’une aide humanitaire vitale.»

La réponse d’Ottawa note également que «le gouvernement du Canada n’a pas l’intention de reconnaître de facto les talibans comme le gouvernement de l’Afghanistan», un point que M. Trudeau a réitéré mercredi.

Pourtant, M. Trudeau a confirmé qu’Ottawa était en pourparlers réguliers avec les dirigeants talibans peu de temps après leur prise de contrôle de l’Afghanistan, comme l’a rapporté CBC News la semaine dernière.

Les avocats constitutionnels ont fait valoir qu’Ottawa n’interprète pas correctement ses propres lois, affirmant que les dispositions du Code criminel contre le financement des terroristes ne peuvent s’appliquer au paiement des impôts locaux.

Sinon, notent-ils, les réfugiés afghans se verraient interdire l’entrée au Canada, puisqu’ils ont probablement payé des impôts aux talibans.

Le porte-parole conservateur en matière de développement international, Garnett Genuis, a déclaré que la réponse de Trudeau sonne creux alors que des millions de personnes risquent de mourir de faim.

«C’est une situation de crise majeure, d’un point de vue humanitaire, et les organisations canadiennes sont évidemment particulièrement désavantagées», a souligné M. Genuis, qui faisait partie du comité parlementaire spécial.

«Malheureusement, il s’agit d’un autre de ces cas où le gouvernement prétend être au courant de quelque chose, mais, selon toute indication, ne fait rien, n’offre aucun délai et ne reconnaît pas le besoin et l’urgence.»

Le gouvernement libéral a souligné qu’il est en mesure d’acheminer de l’aide à l’Afghanistan par l’intermédiaire des Nations Unies, même si les organisations canadiennes ne peuvent pas faire de travail indépendant sur le terrain.

«Nous continuons de travailler avec des partenaires du monde entier pour aider à acheminer l’aide humanitaire nécessaire en Afghanistan malgré les talibans, et nous continuerons de le faire», a conclu M. Trudeau mercredi.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.