Justin Trudeau promet davantage de fonds pour soutenir les systèmes de santé

Justin Trudeau promet d’investir davantage en santé, mais ses propos laissent toujours entendre que d’éventuels nouveaux fonds seront assortis de conditions.

De passage à l’Île Bowen, en Colombie-Britannique, mardi, le premier ministre a été interrogé sur le fait que partout au Canada, les urgences débordent, les citoyens peinent à trouver un médecin de famille et les professionnels de la santé appellent à l’aide.

«Nous devons résoudre ces problèmes et nous devons les résoudre ensemble alors oui, le gouvernement fédéral est là, comme partenaire et va investir davantage», a-t-il d’abord lancé avant d’ajouter du même souffle, «mais il faut apprendre du passé et nous assurer qu’en offrant de nouveaux fonds, cela aide véritablement les Canadiens à avoir un médecin de famille, à avoir accès à des soins de santé mentale, les soutenir à surmonter les défis auxquels ils font face au sortir de la COVID». 

M. Trudeau n’a pas manqué de rappeler, comme l’a fait sa ministre des Finances Chrystia Freeland il y a quelques jours, que son gouvernement venait d’annoncer «deux milliards $ pour les provinces afin de les aider avec les retards parce que nous comprenons les pressions auxquelles elles sont soumises maintenant».

«Ceci n’est pas normal»

Le premier ministre n’a cependant pas cherché à minimiser la situation, reconnaissant que «trop de Canadiens» sont sur des listes d’attente pour une chirurgie, n’ont pas de médecin de famille et se heurtent à des attentes déraisonnables, quand ce n’est pas carrément une fermeture lorsqu’ils se présentent à l’urgence. 

«Ceci n’est pas normal», a affirmé le premier ministre Trudeau en rappelant, comme il le fait régulièrement, que son gouvernement a dû allonger 70 milliards $ de fonds additionnels en marge de la pandémie. «Nous allons continuer d’être là pour investir dans un système de santé plus fort pour tous les Canadiens», a-t-il promis.

«Ce sont là les choses auxquelles les Canadiens s’attendent du gouvernement fédéral et le gouvernement fédéral sera là pour s’assurer, aux côtés des provinces, que cela se réalise», a-t-il ajouté.

Par contre, le premier ministre a réitéré qu’il n’a pas l’intention de donner carte blanche aux provinces.

«Mais je crois que tous les Canadiens savent qu’il faut de véritables améliorations et de vrais résultats pour notre réseau de santé. La pandémie a mis au jour certains des défis et des problèmes auxquels sont confrontés nos travailleurs de première ligne en santé qui sont des héros, mais qui sont de plus en plus sous tension et qui ne voient pas venir le soutien dont ils ont besoin ou les nouvelles entrées dans leur domaine.»

Depuis des mois, les provinces réclament d’Ottawa qu’il rehausse les transferts en santé afin d’en assumer 35 % des coûts plutôt que les 22 % actuellement consentis, une demande qui représente un déboursé de 28 milliards $ additionnels du fédéral.

Justin Trudeau a jusqu’ici refusé de satisfaire à cette demande et a souvent offert des sommes auxquelles sont rattachées des conditions de les dépenser à certaines fins précises. 

Le Québec refuse systématiquement de se plier à des conditions fédérales, y voyant une intrusion fédérale dans un champ de compétence exclusif aux provinces.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.