Le Canada profite d’une victoire commerciale au dernier jour d’une visite au Mexique

MÉXICO — Le Canada et le Mexique se sont réjouis mercredi d’une victoire commerciale majeure sur les États-Unis alors que le premier ministre Justin Trudeau a conclu un sommet trilatéral visant à tracer la voie vers l’excellence nord-américaine.

La décision du groupe spécial, connue pendant des mois, mais rendue publique une fois le sommet terminé, a déclaré l’interprétation américaine des règles sur le contenu étranger pour les automobiles «incompatible» avec les termes de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique (ACEUM).

La décision a mis un terme au dernier jour de M. Trudeau dans la capitale mexicaine, qui consistait à renforcer les liens économiques et diplomatiques du Canada avec le Mexique, une relation trop souvent obscurcie par le pays qui les sépare.

«Nous allons avoir hâte de travailler avec les États-Unis — c’est de cela qu’il s’agit dans ce processus de règlement des différends», a souligné la ministre du Commerce international, Mary Ng, qui faisait partie des personnes voyageant avec M. Trudeau

L’ACEUM, le successeur de l’ALENA, a augmenté la «teneur en valeur régionale» autorisée pour les pièces automobiles à 75 %, contre 62 % auparavant — une règle conçue pour donner aux trois pays une plus grande part du secteur de la fabrication automobile de chacun.

«Il s’agissait de pouvoir créer et produire plus de pièces automobiles en Amérique du Nord», a indiqué Mme Ng.

«Cette décision du groupe spécial concerne… l’interprétation de la façon dont cela a été calculé, nous sommes donc satisfaits de la conclusion, car elle est conforme à la compréhension du Canada, et nous allons travailler avec les Américains.»

Flavio Volpe, président de l’Association des fabricants de pièces automobiles du Canada, a applaudi la décision comme une affirmation de ce que les concessions durement acquises dans l’accord étaient censées représenter.

«La décision est importante pour le fond de l’affaire — que les règles automobiles sur lesquelles nous nous sommes mis d’accord après trois ans de négociations acharnées seront maintenues», a développé M. Volpe.

«Cela démontre que le mécanisme de règlement des différends de l’ACEUM ne se plie pas à la politique ou à l’influence.»

Même la Chambre de commerce des États-Unis a applaudi la décision pour avoir fourni une certaine certitude au secteur automobile profondément intégré. Le bureau du représentant américain au commerce n’a cependant pas immédiatement répondu aux questions des médias mercredi.

M. Trudeau, qui s’est exprimé avant la publication officielle de la décision, n’en a pas parlé directement. Il a cependant canalisé l’esprit de coopération trilatérale lorsqu’il a été interrogé sur la tendance protectionniste persistante de Joe Biden, quelque chose qui semble disparaître chaque fois que le président américain se retrouve sur la scène internationale.

«Il n’y a aucune contradiction entre veiller au bien-être des travailleurs dans leur propre pays et travailler en étroite collaboration avec des amis et des alliés comme le Mexique et le Canada», a dit M. Trudeau.

«S’il y avait réellement une contradiction entre défendre d’abord l’Amérique et travailler avec vos amis, le président précédent aurait réussi à supprimer l’ALENA. Mais il ne l’a pas fait.»

C’était bien sûr Donald Trump, dont l’approche farouchement protectionniste n’a jamais semblé loin de l’esprit de M. Trudeau tout au long des trois jours du sommet.

Lundi, M. Trudeau a reconnu franchement à quel point l’ancien président était sur le point de mettre fin à l’ère du libre-échange en Amérique du Nord. Et mercredi, il a dépeint le Canada non seulement comme un architecte de l’accord, mais aussi comme son principal gardien.

Alors que le monde lutte pour se remettre de la pandémie de COVID-19 et de ses effets économiques résiduels considérables, il a appelé les investisseurs étrangers potentiels à faire un acte de foi similaire à celui que les pionniers de l’ALENA ont fait au début des années 1990.

«Pensons comme les gens l’ont fait lorsqu’ils ont signé l’ALENA original», a-t-il déclaré aux dirigeants et aux universitaires plus tôt dans la journée lors d’un discours organisé par Investir au Canada, une agence du gouvernement fédéral visant à stimuler les investissements étrangers directs.

«Ils ne pouvaient pas connaître tous les changements et défis auxquels nous serions confrontés. Mais ils savaient que la croissance de nos économies et l’approfondissement de nos liens nous donneraient toute la stabilité et la certitude dont nous avions besoin pour affronter n’importe quelle tempête.»

Ils savaient également qu’une économie continentale intégrée rapprocherait toutes les opportunités, a-t-il déclaré, «y compris celles qu’ils ne pouvaient même pas encore imaginer».

Dans les jours sombres de l’ère Trump, a-t-il ajouté, c’est le Canada et le Mexique qui ont assuré que le commerce nord-américain demeure vivant.

«Motivée par des politiques protectionnistes, isolationnistes et nativistes, (l’administration Trump était) disposée à mettre en jeu des millions d’emplois dans chacun de nos pays. Notre accord commercial historique était en péril, nous l’avons donc rouvert», a souligné M. Trudeau.

«Au cours des négociations, les États-Unis ont tenté à plusieurs reprises de monter le Canada et le Mexique l’un contre l’autre. Mais le Canada a toujours cru que notre plus grande force résidait dans le fait que les trois parties négociaient à l’unisson. Nous avons compris que le libre-échange nord-américain était une bonne et juste intégration à travers le continent.»

M. Biden a quitté le sommet mardi soir, ouvrant la voie à M. Trudeau et au président mexicain Andrés Manuel López Obrador pour vanter les vertus de liens plus solides entre leurs deux pays.

Ils ont présidé ensemble la cérémonie de signature d’une déclaration bilatérale sur la coopération autochtone et ont passé plusieurs heures à se rencontrer face à face sur de nouvelles façons de renforcer leur relation.

Leur nouveau «Plan d’action Canada-Mexique» vise à renforcer les liens commerciaux et d’investissement, à renforcer les chaînes d’approvisionnement, à faire progresser l’égalité des sexes et à adopter une approche commune de la réconciliation autochtone.

«Nous sommes des nations sœurs très proches», a indiqué M. López Obrador en espagnol au début du sommet.

«Nous appartenons à l’Amérique du Nord, nous avons beaucoup de choses en commun et, surtout, une très bonne relation de coopération et d’amitié.»

Mardi, MM. Trudeau et Biden ont réglé une paire de problèmes, y compris une solution pour le programme de voyageurs Nexus — qui croule actuellement sous un arriéré de plus de 220 000 demandes — et des plans pour que le président visite le Canada en mars.

Néanmoins, alors que les États-Unis continuaient de faire pression sur le Canada pour qu’il joue un rôle de premier plan dans la lutte contre les gangs endémiques et l’anarchie en Haïti, M. Trudeau a réussi toute la semaine à éviter de prendre des engagements fermes au-delà des sanctions élargies.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.