Keystone XL a bien changé depuis 2015, plaide l’ambassadrice du Canada à Washington

WASHINGTON — L’ambassadrice du Canada aux États-Unis soutient que le projet d’oléoduc Keystone XL a grandement évolué depuis qu’il a été rejeté par John Kerry en 2015.

Le président désigné Joe Biden a nommé John Kerry au poste de conseiller spécial en matière de changement climatique. Ce même Kerry était secrétaire d’État, en 2015, lorsqu’il a convaincu le président Barack Obama de s’opposer à la construction de l’oléoduc qui doit transporter le pétrole des sables bitumineux de l’Alberta jusqu’aux rives du golfe du Mexique.

Cette nomination pourrait donc paraître comme une très mauvaise nouvelle pour les défenseurs de ce projet.

Cependant, l’ambassadrice Kirsten Hillman affirme que les temps ont changé et que le projet n’est plus le même que celui qui a été rejeté il y a cinq ans.

Kirsten Hillman estime que les énergies fossiles vont demeurer une part importante de la stratégie énergétique des deux pays dans les années à venir, malgré les efforts déployés pour réduire les émissions de carbone.

Selon l’ambassadrice, les États-Unis devraient se procurer cette énergie au Canada, un pays qui impose déjà un prix sur le carbone et qui a adopté une stratégie de lutte contre les changements climatiques cohérente avec le plan attendu de l’administration Biden.

Laisser un commentaire