Koweït : un homme arrêté pour avoir rouspété contre la météo

DUBAÏ, Émirats arabes unis — La police du Koweït a arrêté un Égyptien pour avoir mis en ligne une vidéo dans laquelle il dénonce le mauvais temps et les tempêtes de poussière.

Cette arrestation jette un éclairage cru sur les restrictions imposées par les autorités koweïtiennes à la liberté d’expression. La détention de l’individu a été lourdement dénoncée lundi sur les réseaux sociaux.

Le ministère koweïtien de l’Intérieur a dit dimanche que l’individu responsable de la vidéo « insultante » a été arrêté et référé aux autorités, « qui prendront les mesures judiciaires nécessaires contre lui ».

Dans une vidéo filmée par une caméra-témoin dans son véhicule et mise en ligne sur le réseau TikTok, on entend l’homme rouspéter contre la tempête de sable qui enveloppe le Koweït depuis plusieurs jours.

« Je suis actuellement dans une tempête de poussière, je ne peux littéralement rien voir devant moi », a-t-il dit. Les images montrent le sable qui recouvre l’autoroute comme un brouillard épais.

« Parfait, Koweït, parfait », ajoute-t-il, avant de lancer un juron en arabe. La vidéo a été reprise sur Twitter, où elle a été vue des dizaines de milliers de fois.

Certains utilisateurs des réseaux sociaux, qui estiment que cette arrestation illustre la répression de la liberté d’expression au Koweït et les mauvais traitements réservés aux travailleurs migrants, ont témoigné de leur appui à l’individu en mettant en ligne leurs propres vidéos dénigrant la météo.

Dans une région où les gouvernements hostiles à la liberté d’expression pullulent, le Koweït se distingue par son parlement indépendant et sa vie civique relativement vibrante. Toutefois, les responsables utilisent régulièrement une loi contre la cybercriminalité pour sévir contre la critique et la dissidence.

Le petit cheikat, qui comme plusieurs autres pays du golfe Persique dépend du travail de millions de migrants mal payés venus d’Afrique, d’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient, est souvent dénoncé par les groupes de défense des droits de la personne pour son traitement des travailleurs étrangers, qui sont menacés de déportation pour des infractions mineures.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.