Kramatorsk: Kyiv et Moscou se contredisent

KYIV, Ukraine — Les responsables d’une école de formation professionnelle d’une ville de l’est de l’Ukraine ont démenti les affirmations de la Russie selon lesquelles des centaines de soldats ukrainiens auraient été tués par une frappe de missile dans cette ville, assurant lundi qu’une roquette n’a que fracassé les fenêtres et endommagé les salles de classe.

La Russie a spécifiquement désigné l’école professionnelle de Kramatorsk comme la cible d’une attaque. Le ministère russe de la Défense a déclaré que ses missiles avaient touché deux bases temporaires abritant 1300 soldats ukrainiens dans la ville, tuant 600 d’entre eux, samedi soir.

Des journalistes de l’Associated Press visitant les lieux par temps ensoleillé lundi ont vu un bâtiment en béton de quatre étages avec la plupart de ses fenêtres soufflées. À l’intérieur, les habitants nettoyaient les débris, balayaient le verre brisé et lançaient des meubles cassés dans un cratère de missile en contrebas.

Un bâtiment scolaire séparé de six étages était en grande partie intact. Il n’y avait aucun signe de présence militaire ukrainienne ni aucune victime.

Yana Pristupa, la directrice adjointe de l’école, s’est moquée des affirmations de Moscou selon lesquelles elle aurait frappé une concentration de troupes.

«Personne n’a vu une seule tache de sang nulle part, a-t-elle déclaré à l’AP. Tout le monde a vu hier que personne n’a emporté de cadavres. Ce sont juste des gens qui nettoient.»

Elle a ajouté qu’avant le début de la guerre en février dernier, l’école comptait plus de 300 étudiants, la plupart étudiant le génie mécanique, et que la majorité des cours étaient dispensés en ligne lorsque la Russie a envahi.

Les étudiants «sont maintenant sous le choc», a-t-elle dit, ajoutant: «Quel super établissement c’était.»

Les responsables ukrainiens ont rapidement démenti dimanche les affirmations russes selon lesquelles un grand nombre de soldats auraient été perdus dans l’attaque.

Malgré l’absence de toute preuve que des centaines de soldats ukrainiens sont morts dans la frappe, Moscou n’a pas changé de discours. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que les informations sur les lieux n’avaient pas ébranlé la confiance des hauts responsables dans les autorités de la défense.

«Le ministère de la Défense est la source principale, légitime et complète d’informations sur le déroulement de l’opération militaire spéciale», a déclaré M. Peskov lundi lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes, en utilisant le terme du Kremlin pour la guerre.

Pendant la guerre, les deux camps ont régulièrement affirmé avoir tué des centaines de soldats ennemis lors d’attaques. Les affirmations peuvent rarement être vérifiées de manière indépendante en raison des combats.

Cependant, les allégations de Moscou se sont peut-être retournées contre elle, car certains blogueurs militaires russes ont critiqué les affirmations du Kremlin concernant la frappe de Kramatorsk.

Le groupe de réflexion de l’Institut pour l’étude de la guerre a ainsi indiqué que des blogueurs «ont répondu négativement à l’affirmation (du ministère de la Défense) russe, soulignant que le ministère de la Défense russe présente fréquemment des allégations frauduleuses et critiquant les dirigeants militaires russes pour avoir fabriqué une histoire».

Un porte-parole du ministère russe de la Défense a déclaré que les frappes sur Kramatorsk étaient des représailles à l’attaque de l’Ukraine à Makiivka le soir du Nouvel An, au cours de laquelle au moins 89 soldats russes rassemblés dans une caserne temporaire sont morts, selon Moscou. Les autorités ukrainiennes ont déclaré que le nombre de morts dans cette attaque s’élevait à des centaines.

Ce fut l’une des attaques les plus meurtrières contre les forces du Kremlin depuis le début de la guerre il y a plus de 10 mois et une perte embarrassante.

Le bureau présidentiel ukrainien a rapporté lundi qu’au moins trois civils avaient été tués et 12 autres blessés dans le pays au cours des dernières 24 heures, alors que neuf régions ukrainiennes du sud-est du pays étaient bombardées.

Lors d’une attaque lundi, deux personnes ont été tuées et cinq autres, dont une fille de 13 ans, ont été blessées par une roquette russe qui a touché un marché de village dans la région du nord-est de Kharkiv, ont déclaré des responsables ukrainiens.

Le gouverneur régional de Kharkiv, Oleh Syniehubov, a déclaré que la frappe avait touché le village de Shevchenkove. Des photos publiées par M. Syniehubov sur sa chaîne Telegram montraient des pavillons en ruine, dont certains étaient encore en feu, et des décombres tout autour.

Selon des responsables ukrainiens, davantage de personnes pourraient être piégées sous les décombres. Une opération de sauvetage pour les retrouver était en cours.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.