La 4e commémoration de l’attentat perpétré contre la mosquée de Québec sera virtuelle

QUÉBEC — La COVID-19 ne doit pas empêcher les Québécois de marquer le quatrième anniversaire de l’attentat perpétré contre la grande mosquée de Québec, estime un pilier de la communauté musulmane.

«L’éloignement physique des gens ne doit pas être un prétexte pour ne rien faire», a insisté vendredi Boufeldja Benabdallah en entrevue avec La Presse Canadienne.

«C’est un appel des familles, ajoute-t-il. Elles nous ont dit: « Nous espérons que la société ne va pas nous oublier (…) et oublier qu’on a des enfants qui vont grandir et qu’elle doit les regarder d’un bon oeil ».»

Le porte-parole du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) croit cependant que la partie n’est pas gagnée d’avance. 

Il constate que les gens, encabanés à cause de la COVID-19, continuent d’écrire «des bêtises».

«Les gens ont plus de temps pour naviguer sur ces cochonneries de réseaux (…) et insulter tout le monde, dit-il. D’un autre côté, nous autres aussi, on a plus de temps (…) pour discuter, pour échanger. 

«Le nombre de Zoom, de Teams, de WhatsApp qu’on fait pour des rencontres multireligieuses, sociales, s’est multiplié.»

À défaut de pouvoir se rassembler à la mosquée, ce qui aurait été un «remède», les membres de la communauté musulmane s’appuient en s’appelant régulièrement au téléphone, relate M. Benabdallah.

Commémoration virtuelle

Exceptionnellement cette année, les activités de commémoration de l’attentat se feront en ligne, ont annoncé vendredi les organisateurs. 

Le 29 janvier prochain, ils tiendront une conférence de presse puis diffuseront en soirée une cérémonie écourtée, de 18h00 à 18h30.  

Ces activités sont organisées conjointement par le collectif citoyen «29 janvier, je me souviens» et le CCIQ, qui a été le théâtre du carnage.

Le soir du 29 janvier 2017, Mamadou Tanou Barry, Ibrahima Barry, Khaled Belkacemi, Abdelkrim Hassane, Azzeddine Soufiane et Aboubaker Thabti ont perdu la vie lors de l’attentat. 

Ils ont laissé derrière eux leurs femmes et 17 orphelins.

Dans un communiqué, le CCIQ a indiqué qu’il prévoyait des conférences et des témoignages les 29 et 30 janvier «afin de maintenir vivants la solidarité citoyenne et les liens construits après l’attentat».

L’objectif, dit-on, est également de «renforcer le discours d’espoir sur le Québec inclusif que l’on souhaite construire». Un montage visuel sera mis en boucle pour rappeler «l’extraordinaire élan de solidarité». 

«Il y a maintenant quatre ans que la Ville de Québec a été secouée par cet attentat qui a fauché la vie de six de nos concitoyens et marqué pour toujours leurs familles, les blessés, les survivants.

«Depuis, la population de Québec se rassemble chaque année afin de commémorer cet événement tragique, en mémoire des victimes, pour ne jamais oublier», peut-on lire dans le communiqué.

Pour assister à la commémoration du 29 janvier: https://www.facebook.com/events/243295990535177/

Laisser un commentaire