La campagne Trump perd l’avantage financier face aux démocrates

Le coffre des démocrates, maintenant mieux garni que celui des républicains, offre une plus grande force de frappe publicitaire à la campagne de Biden.  

WASHINGTON — Les activités politiques tentaculaires du président Donald Trump ont permis de collecter plus d’un milliard de dollars depuis qu’il a pris le pouvoir en 2017 — et sa campagne en a flambé une bonne partie.

M. Trump a acheté une publicité au Super Bowl pour la somme de 10 millions $US alors que son adversaire démocrate n’était pas encore connu. Il a fait appel à son organisation politique pour couvrir les frais juridiques exorbitants liés à sa destitution. Des employés de la campagne ont présenté un étalage tapageur de leur nouvelle richesse, dont une flotte de véhicules de luxe achetés par Brad Parscale, l’ancien directeur de campagne.

Pendant ce temps, un réseau de sociétés à responsabilité limitée a caché la divulgation de plus de 310 millions $ US de dépenses.

Maintenant, à seulement deux semaines des élections, certains employés de campagne admettent en privé qu’ils sont confrontés à des décisions de dépenses difficiles à un moment où le candidat démocrate, Joe Biden, inonde les ondes de publicité. Cela a forcé le président Trump à organiser plus de rassemblements pour combler l’écart, alors qu’il prétend pouvoir attirer un nombre historique d’électeurs qui vont rarement voter.

«Ils ont dépensé leur argent bien trop tôt dans les frais généraux inutiles, les activités du personnel qui ont adopté la vie de gens riches et célèbres et les publicités de vanité», a souligné le consultant républicain Mike Murphy, qui a conseillé John McCain et Jeb Bush, et qui est un fervent détracteur du président.

«Vous pourriez littéralement avoir dix singes avec des lance-flammes pour chercher l’argent, et ils ne l’auraient pas flambée aussi stupidement.»

Donald Trump est en terrain connu. En 2016, il avait été largement dépassé par la candidate démocrate Hillary Clinton, mais il a tout de même remporté une victoire à la surprise de tous. Cette fois-ci, cependant, il détenait important avantage financier qui aurait pu lui permettre de définir son adversaire, Joe Biden, et de défendre son propre bilan.

La campagne Trump nie tout

Le directeur de campagne de Donald Trump, Bill Stepien, a insisté pour dire l’argent n’était pas un problème. La campagne est beaucoup plus à l’aise financièrement qu’en 2016, a-t-il assuré.

Joe Biden met tout son butin à la télévision, mais il a négligé le porte-à-porte en raison de la pandémie, a souligné M. Stepien. L’équipe Trump a déployé plus de 2000 employés au pays qui cognent aux portes et qui font des appels pour la campagne.

«Là où nous avons des États qui sont au point de bascule, ils pourraient aller dans les deux sens», a dit M. Trump à ses membres du personnel.

«J’ai la capacité d’aller dans ces États et de faire des rassemblements. Biden n’a aucune capacité. Je vais à un rassemblement, nous avons 25 000 personnes. Il va à un rassemblement et il a quatre personnes.»

Trump annule des publicités

Les chiffres des dépenses publicitaires offrent cependant une image plus sombre.

Alors qu’une demi-douzaine de groupes extérieurs pro-Trump viennent en aide au président, M. Biden et ses alliés démocrates sont sur le point de dépenser 142 millions $ en publicités dans les derniers jours de la campagne, dépassant les républicains par une proportion de plus de 2 pour 1, selon les données de la société de suivi publicitaire CMAG / Kantar.

Lundi, la firme Medium Buying a annoncé que M. Trump avait annulé l’achat de publicités au Wisconsin, au Minnesota — un État que le président espérait arracher aux démocrates — et en Ohio, qui a voté pour le candidat républicain en 2016, mais dont la course s’annonce serrée cette fois-ci.

C’est un renversement par rapport au mois de mai, lorsque la campagne de Joe Biden était à court d’argent. M. Parscale avait alors comparé la campagne Trump à une «étoile de la mort» qui était sur le point de «commencer à appuyer sur FEU pour la première fois».

La campagne publicitaire qu’ils ont déployée au cours des trois mois suivants a coûté plus de 176 millions $ US, mais n’a guère contribué à réduire l’avance de Joe Biden dans les sondages d’opinion.

M. Trump est maintenant dans une situation pratiquement impensable pour un président sortant, a déclaré Travis Ridout, codirecteur du Wesleyan Media Project, qui suit les dépenses publicitaires.

«La publicité n’est évidemment pas tout. Mais nous pensons que les publicités comptent pour quelques points de pourcentage dans une course présidentielle. Et ce n’est tout simplement pas un bon signe pour la campagne Trump », a indiqué M. Ridout.

Des dépenses discutables

Un examen des dépenses par la campagne Trump, ainsi que par le Comité national républicain, révèle certaines des dépenses excessives.

Depuis 2017, plus de 39 millions $ US ont été versés à des entreprises contrôlées par M. Parscale, qui a été évincé de son poste de directeur de campagne au cours de l’été. Un montant supplémentaire de 273,2 millions $ a été versé à l’American Made Media Consultants, une société à responsabilité limitée du Delaware, dont les propriétaires ne sont pas rendus publics.

Les campagnes révèlent généralement dans des divulgations obligatoires qui sont leurs principaux fournisseurs. Mais en acheminant de l’argent vers les entreprises de M. Parscale, ainsi que vers l’American Made Media Consultants, M. Trump a satisfait aux exigences de base en matière de divulgation sans détailler les destinataires ultimes.

Au lieu de donner plus à la campagne Trump, certains partisans explorent leurs options.

Le grand donateur républicain Sheldon Adelson et sa femme Miriam ont récemment versé 75 millions $ US au groupe pro-Trump Preserve America, un comité d’action politique qui n’est pas contrôlé par la campagne Trump.

L’une des raisons pour lesquelles le groupe a été fondé en août est qu’il existe une profonde méfiance parmi certains donateurs républicains quant au fait que les organisations pro-Trump existantes dépensent l’argent à bon escient, selon un stratège républicain. Le stratège s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat étant donné qu’il s’agit de discussions délicates avec les donateurs.

Dan Eberhart, qui a donné plus de 190 000 $ à la campagne de Donald Trump, a déclaré que de nombreux donateurs républicains se concentrent désormais sur le contrôle du Sénat entre les mains des républicains — et non sur les chances de victoire du président.

«La majorité au Sénat est l’objectif le plus important à l’heure actuelle, a-t-il soutenu. C’est le rempart contre tant de mauvaises politiques que les démocrates veulent faire s’ils balaient les élections.»

—–

Voici d’autres dépenses discutables de Donald Trump et du Comité national républicain (RNC) qui sont incluses dans les divulgations de financement de campagne:

— Près de 100 000 $ US pour des exemplaires du livre de Donald Trump fils, «Triggered», ce qui a contribué à le propulser au sommet de la liste des meilleures ventes du New York Times.

— Plus de 7,4 millions $ dans des propriétés de la marque Trump depuis 2017.

— Au moins 35,2 millions $ en marchandises à l’effigie de Donald Trump.

— 38,7 millions $ en frais juridiques et de «conformité». En plus d’exploiter le RNC et sa campagne pour payer les frais juridiques lors de sa procédure de destitution, Donald Trump a également compté sur ses activités politiques pour couvrir les frais juridiques de certains employés.

— Au moins 14,1 millions $ pour la Convention nationale républicaine. L’événement devait avoir eu lieu à Charlotte, en Caroline du Nord, mais Donald Trump l’a déplacé à Jacksonville, en Floride, après un différend avec le gouverneur démocrate de la Caroline du Nord au sujet des mesures de sécurité contre le coronavirus. L’événement en Floride a finalement été annulé et l’événement s’est majoritairement déroulé en ligne.

— 912 000 $ en publicités diffusées sur les pages Facebook personnelles de M. Parscale et de la porte-parole de Donald Trump, Katrina Pierson.

— 250 000 $ pour une publicité diffusée lors du septième match de la Série mondiale 2019, après que le président Trump eut été hué par des spectateurs lorsqu’il a assisté au cinquième match.

— Au moins 218 000 $ pour les représentants de M. Trump qui ont voyagé à bord de jets privés fournis par les donateurs de la campagne.

— 1,6 million $ en publicités télévisées sur le marché médiatique de Washington, D.C., une région à majorité démocrate où Donald Trump a peu de chances de percer, mais où il est un téléspectateur assidu.

Laisser un commentaire