La capacité des soins intensifs en Ontario est préoccupante, selon les hôpitaux

TORONTO — Le président de l’Association des hôpitaux de l’Ontario affirme que la troisième vague de COVID-19 menace la capacité des soins intensifs de la province.

Anthony Dale rappelle que 401 personnes atteintes de la COVID-19 sont actuellement dans des unités de soins intensifs en Ontario et que ce nombre pourrait bien augmenter au-delà du pic précédent de 420 malades enregistré pendant la pandémie. Selon M. Dale, 1871 personnes au total sont actuellement aux soins intensifs dans les hôpitaux de l’Ontario et la situation s’aggrave chaque jour.

Le nombre croissant de patients atteints de la COVID-19 aux soins intensifs survient alors que des variants plus contagieux du coronavirus continuent de se propager en Ontario. Le médecin hygiéniste en chef rappelait plus tôt cette semaine que ces variants causent des maladies plus graves, entraînant des admissions aux soins intensifs et des décès. Le docteur David Williams soulignait aussi que plus de jeunes gens sont gravement malades de la COVID-19. 

Le directeur scientifique du groupe d’experts qui conseille le gouvernement ontarien déclarait jeudi qu’un confinement strict et généralisé, comme celui imposé lorsque la pandémie a frappé, est maintenant nécessaire pour freiner la propagation alarmante de variants en Ontario. À l’heure actuelle, même le niveau le plus strict des mesures sanitaires, le «gris», ne suffit pas à aplanir la courbe des infections causées par des variants plus contagieux, a déclaré le docteur Peter Juni.

L’Ontario signalait vendredi 2169 nouveaux cas de COVID-19 et 12 autres décès liés au virus. De ces nouveaux cas, 682 étaient recensés à Toronto, 397 dans sa banlieue de Peel, 254 dans celle de York, 129 à Ottawa, 123 dans la région de Durham et 122 à Hamilton. Plus de 53 400 tests ont été effectués depuis la mise à jour de jeudi.

Jeudi soir, la région sanitaire de Timiskaming a été placée en «zone rouge», à cause d’une augmentation des cas. Le taux d’infections y est passé de 3,1 à 24,5 cas par 100 000 habitants, une augmentation de 700 %, et les autorités ne s’attendent pas à un répit dans les prochains jours. 

Laisser un commentaire