La capsule de Boeing est de retour sur Terre après un vol d’essai raté

CAP CANAVERAL, Fla. — Boeing a réussi dimanche l’atterrissage de sa capsule d’équipage dans le désert du Nouveau-Mexique après un vol avorté vers la Station spatiale internationale qui menace de faire dérailler les efforts de la compagnie pour transporter des astronautes pour la NASA dès l’an prochain.

Le Starliner a atterri dans le polygone d’essais de missile de White Sands avant l’aube, mettant fin à un essai de deux jours qui devait durer plus d’une semaine. Les trois parachutes principaux se sont bien ouverts et les «airbags» se sont déployés autour du vaisseau spatial pour atténuer le choc de l’atterrissage.

«Félicitations, Starliner», a déclaré le centre de contrôle de la mission Control.

Un mannequin d’essai nommé Rosie the Rocketeer — en l’honneur de la célèbre affiche Rosie the Riverter diffusée pendant la Seconde Guerre mondiale — était toujours installé sur le siège du commandant. Les cadeaux, les vêtements et la nourriture qui auraient dû être livrés à la Station internationale étaient aussi à bord de l’appareil.

Les employés de Boeing étaient soulagés de récupérer le Starliner après ce premier vol d’essai interrompu. L’amarrage à la Station internationale avait été annulé à cause d’une horloge mal réglée.

Starliner est la première capsule américaine conçue pour atterrir au sol. Les premières capsules d’équipage de la NASA étaient conçues pour tomber dans l’océan. La capsule Dragon de SpaceX, qui a effectué ses premières orbites l’hiver dernier, termine aussi ses missions dans l’eau.

Vendredi, la capsule, fixée au sommet d’une fusée Atlas V, avait décollé en douceur de Cap Canaveral, mais à peine 30 minutes après son envol, les propulseurs ne se sont pas allumés à temps, l’envoyant sur une mauvaise orbite. La faute en revient à l’horloge interne de Starliner qui n’était pas synchronisée avec la fusée.

La capsule a trop brûlé de carburant pour tenter de corriger sa trajectoire. Il ne lui en restait pas assez pour se rendre à la station spatiale.

Boeing essaie toujours de comprendre comment l’erreur de synchronisation s’est produite. La mission a duré près de 50 heures. La capsule a effectué 33 orbites autour de la Terre.

La NASA ne sait pas si elle exigera un autre vol d’essai de Boeing — notamment une visite de la station spatiale — avant de mettre ses astronautes à bord. Boeing avait prévu réaliser sa première mission d’astronaute au premier semestre 2020. Cette capsule est censée être récupérée pour un deuxième vol avec équipage.