La CAQ a remis le dossier des allégations de Julie Nadeau aux policiers

QUÉBEC – Ce sont finalement les policiers qui feront la lumière sur les allégations d’une ex-attachée politique du député caquiste de Groulx, Claude Surprenant, et les contre-accusations de ce dernier à l’endroit de son ex-employée.

L’ex-attachée, Julie Nadeau, ainsi que son conjoint Yann Gobeil-Nadon, ont tous deux affirmé dans les médias avoir fait du travail partisan pour la Coalition avenir Québec (CAQ) alors qu’ils étaient rémunérés par l’Assemblée nationale. Mme Nadeau a également affirmé qu’un stratagème lui avait permis de réclamer des frais de déplacement sous de fausses représentations.

L’affaire s’est retrouvée devant le commissaire à l’éthique, qui a ajouté le dossier à celui concernant d’autres allégations de travail partisan rémunéré avec des fonds publics visant, cette fois, des employés du Parti québécois.

Le député Surprenant, de son côté, a annoncé par voie de communiqué, vendredi, avoir remis aux policiers un rapport juricomptable «faisant état de nombreuses transactions irrégulières» effectuées par Mme Nadeau, entre août 2014 et novembre 2015.

M. Surprenant affirme avoir constaté des irrégularités dès décembre 2015 dans le compte bancaire de sa circonscription, dont Mme Nadeau avait la responsabilité. Selon lui, celle-ci s’était engagée à rembourser les sommes manquantes.

Mme Nadeau est toutefois partie en congé de maladie en février 2016, sans que rien ne soit réglé.

Une firme indépendante, mandatée par la CAQ à la suggestion de l’Assemblée nationale, a mené une enquête durant l’été et l’automne 2016 et livré un rapport juricomptable qui ferait état d’une vingtaine de chèques totalisant environ 9400 $ faits au nom de Mme Nadeau. Selon le député, l’Assemblée nationale à signalé à la CAQ qu’il s’agissait là d’un «motif sérieux de congédiement». Mme Nadeau a effectivement été congédiée en décembre dernier.

Le député, de même que le whip de la CAQ, Donald Martel, s’en remettent donc à l’enquête policière ainsi qu’à celle du commissaire à l’éthique et affirment tous deux que les allégations faites par Mme Nadeau et M. Gobeil-Nadon sont sans fondement.

Yann Gobeil-Nadon est l’ex-président de la Commission de la relève de la CAQ. Il a été candidat pour la CAQ dans Matane-Matapédia aux élections de 2014, où il s’est classé troisième derrière le député péquiste Pascal Bérubé et le candidat libéral Dave Gravel.