La CAQ déplore la sous-utilisation des blocs opératoires dans la province

SAINT-JÉROME, Qc – Le taux moyen d’utilisation des salles opératoires de la province ne dépasse pas 53 pour cent tandis que 20 000 Québécois sont dans l’attente d’une intervention depuis plus de six mois, selon les données compilées par la Coalition avenir Québec (CAQ).

La CAQ a obtenu les données compilées auprès du Commissaire à la santé et au bien-être Robert Salois. Les statistiques font état de taux d’occupation des salles opératoires allant de 29 à 65 pour cent en fonction de la région durant les 29 heures par semaine où elles fonctionnent. Au Bas-St-Laurent, le taux compilé d’occupation est de 40 pour cent et sur la Côte-Nord, de 32 pour cent, par exemple.

Le porte-parole de la CAQ en matière de santé François Paradis a souligné en entrevue avec La Presse Canadienne que ces chiffres étaient «extrêmement dérangeants», surtout en considérant que le problème est répandu dans toutes les régions du Québec.

M. Paradis a dévoilé ces données — qui ont été difficiles à obtenir, a-t-il tenu à préciser — lundi matin, en conférence de presse devant l’Hôpital de Saint-Jérôme, où 200 patients attendent depuis plus de six mois leur opération.

Le député de Lévis a indiqué que le manque de ressources pour les médecins spécialistes était en partie responsable du problème; ils veulent effectuer ces interventions, mais ils n’ont pas accès aux blocs opératoires, a déploré M. Paradis.

La CAQ a rappelé qu’en 2012, la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMOQ) — alors représentée par l’actuel ministre de la Santé Gaétan Barrette — avait déjà sonné l’alarme et dénoncé le manque d’accès aux blocs opératoires.

«Je pense que les gens doivent savoir pourquoi ils attendent. Et s’ils s’imaginent que c’est parce que tout roule trop et qu’ils sont obligés d’attendre, c’est tout le contraire! Si vous passez devant un bloc opératoire d’un établissement de santé, vous vous rendrez compte que la moitié du temps la lumière est fermée et la porte est barrée», a lancé François Paradis.

À l’heure actuelle, aucune région du Québec n’a pu atteindre l’objectif de 75 pour cent fixé par le Commissaire à la santé et au bien-être, selon les chiffres de la CAQ.

Le parti de François Legault réclame du gouvernement libéral qu’il établisse des échéanciers et objectifs clairs à atteindre.

«Le ministre devra s’asseoir, regarder ce qui se passe, où il faut investir, qu’est-ce que ça prend comme ressources, comment on peut faire en sorte de bonifier ces équipements-là qui sont là et qui existent», a suggéré M. Paradis.

«Les faits sont sur la table, les faits sont maintenant connus, le ministre est obligé de réagir», a-t-il tranché.

Le porte-parole en matière de santé de la CAQ a par ailleurs dénoncé l’abolition du poste du Commissaire à la santé et au bien-être, sans qui la CAQ n’aurait pas pu obtenir ces données. «Le ministère nous avait répondu qu’il ne les avait pas», a-t-il affirmé.

Le gouvernement Couillard a choisi d’abolir cette fonction dans son dernier budget. Cet organisme, qui regroupe une douzaine de chercheurs, a pour mandat d’évaluer, en toute indépendance, l’efficacité et la pertinence des politiques et des programmes adoptés par le ministre de la Santé.

Taux d’utilisation des salles d’opération selon les régions

Abitibi-Témiscamingue 29%

Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine 31%

Côte-Nord 32%

Bas-Saint-Laurent 40%

Saguenay-Lac-Saint-Jean 42%

Mauricie-Centre-du-Québec 51%

Estrie 52%

Chaudière-Appalaches 54%

Lanaudière 54%

Laurentides 54%

Montérégie 55%

Outaouais 57%

Montréal 57%

Laval 64%

Capitale-Nationale 65%