La CAQ finance l’anglicisation, selon Paul St-Pierre Plamondon

QUÉBEC — Financer l’agrandissement du Collège Dawson et de l’Université McGill, c’est financer l’anglicisation du Québec et cela va générer un «tollé» dans l’électorat.

L’aspirant à la direction du Parti québécois (PQ) Paul St-Pierre Plamondon a ainsi commenté jeudi le choix du gouvernement Legault de prioriser ces deux grands chantiers évalués à plus de 650 millions $.

«Je pense qu’il y aura une indignation généralisée vis-à-vis cette trahison de l’électorat caquiste, a-t-il déclaré en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne. Moi je pense qu’il y aura une levée de boucliers et un tollé.»

La Coalition avenir Québec (CAQ) a inscrit ces projets dans la liste de chantiers importants dont elle veut accélérer la réalisation grâce au projet de loi 66 déposé mercredi: le texte législatif prévoit notamment de raccourcir les délais et délivrer des autorisations plus rapidement.

«Malhonnête»

M. St-Pierre Plamondon soutient que la CAQ a été «malhonnête» envers les électeurs qui l’ont choisie pour son nationalisme en 2018.

«Je pense que même le Parti libéral du Québec (PLQ) n’a jamais posé de geste comme ça pour accélérer l’anglicisation de Montréal, a-t-il déclaré. Les électeurs de la CAQ ont parfaitement raison de se sentir trahis et manipulés par ce gouvernement-là.»

M. St-Pierre Plamondon s’explique assez mal l’ajout de ces chantiers au projet de loi 66, ce qui «érode la confiance de la population». Il a évoqué des statistiques qui suggèrent que si la tendance se maintient, il y aura plus de places dans le réseau collégial anglophone que francophone à Montréal à compter de 2021.

Enfin, le candidat péquiste estime par ailleurs que le ministre responsable de la Charte de la langue française, Simon Jolin-Barrette, est mis à l’écart.

Selon M. St-Pierre Plamondon, ce ministre veut s’inscrire comme un héritier du père de la loi 101, Camille Laurin, mais il subit une «forme de désaveu» avec l’expansion projetée des établissements d’enseignement de langue anglaise.

S’il est élu chef péquiste le 9 octobre, M. St-Pierre s’engage à mener la bataille pour bloquer le financement des chantiers du Collège Dawson et de l’Université McGill. Il entend notamment déposer en motion une «déclaration d’urgence linguistique» concernant Montréal, pour forcer le gouvernement Legault à se positionner dans le débat linguistique.

Laisser un commentaire