La catastrophe nucléaire de Fukushima n’a laissé que de faibles traces au Canada

VANCOUVER — Des chercheurs de l’Université Simon Fraser affirment que la catastrophe nucléaire survenue en 2011, à Fukushima au Japon, n’a eu aucun effet néfaste à l’autre extrémité du Pacifique, sur la côte de la Colombie-Britannique.

Une équipe du laboratoire des sciences nucléaires a analysé des échantillons de sol et de saumons des rivières Quesnel et Harrison.

Ils ont utilisé un spectromètre gamma à haute résolution pour détecter des traces d’isotopes radioactifs que l’on ne retrouve normalement pas dans la nature.

Le chercheur principal, Krzysztof Starosta, révèle que même s’ils ont trouvé des traces d’isotopes dans les deux types d’échantillons, dans le sol et chez le saumon, les niveaux observés sont en dessous des normes sécuritaires.

Ces traces de radioactivité ne représenteraient donc qu’un très faible risque autant pour le saumon que pour les humains.

Selon les chercheurs, une part de ces isotopes serait due à des essais nucléaires qui remontent aux années 1960 et à la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, en 1986.

L’accident de Fukushima s’est produit il y a exactement sept ans, le 11 mars 2011, lorsqu’un tsunami a frappé la centrale nucléaire.