La CCQ prévoit une année 2018 stable dans la construction, grâce à la voirie

MONTRÉAL — Grâce au secteur du génie civil et de la voirie, l’industrie de la construction devrait demeurer stable en 2018, après avoir connu quelques années de baisse, estime la Commission de la construction du Québec (CCQ).

Dans son portrait de l’année 2017 et ses prévisions pour 2018, publiés vendredi, la CCQ souligne que c’est grâce à une croissance économique plus forte que prévu en 2017 que l’industrie de la construction a connu une «certaine stabilisation de l’activité», après avoir connu plusieurs baisses depuis le sommet de l’activité en 2012.

Globalement, ce sont 153 000 travailleurs qui ont été actifs dans les chantiers en 2017. Pour 2018, la CCQ estime que 8200 nouveaux travailleurs devraient intégrer l’industrie de la construction.

Secteurs

Et des quatre sous-secteurs de l’industrie, c’est celui du génie civil et de la voirie qui sera le moteur de l’activité en 2018, grâce aux chantiers comme celui du nouveau pont Champlain, de la reconstruction de l’échangeur Turcot et du début du projet du Réseau électrique métropolitain, à Montréal, de même que le début de la phase 2 de l’élargissement de l’autoroute Henri-IV à Québec.

La construction résidentielle a connu une hausse «inattendue» en 2017, mais devrait enregistrer un recul en 2018, selon la CCQ.

Le secteur commercial-institutionnel, bien qu’encore «très actif», devrait ralentir en 2018. Le grand chantier du CHUM à Montréal a vu sa phase 2 prendre fin en 2017.

Quant au secteur de la construction industrielle, il a connu un ralentissement de 6 pour cent des heures de travail en 2017, à cause de la fin de la construction de la cimenterie McInnis en Gaspésie. Et aucun projet de grande ampleur n’est annoncé pour 2018. La CCQ s’attend donc à ce que le secteur industriel revienne au creux qui avait été atteint en 2015.

Régions

Pour ce qui est des régions, quatre seront en croissance en 2018, soit l’Outaouais (2 pour cent), l’Estrie (1 pour cent), Québec (1 pour cent) et la Baie-James (8 pour cent).

La Commission de la construction prévoit une baisse de 4 pour cent au Saguenay—Lac Saint-Jean et une baisse de 7 pour cent en Mauricie—Bois-Francs, mais le recul, dans cette dernière région, suit une hausse de 19 pour cent en 2017, grâce à la reconversion de l’usine Kruger à Trois-Rivières.

Métiers

Pour ce qui est des métiers, la majorité subira un certain recul en 2018, particulièrement les monteurs de lignes, les chaudronniers, les soudeurs en tuyauterie, les tuyauteurs et les mécaniciens industriels de chantier.

Toutefois, les métiers présents dans le génie civil et la voirie, comme les opérateurs de pelles, les opérateurs d’équipements lourds et les arpenteurs, se tireront mieux d’affaire, prévoit la Commission de la construction du Québec.

Les plus populaires