La Ceinture de verdure a besoin de logements en raison de l’immigration dit Doug Ford

TORONTO — Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, justifie sa proposition de retirer des terres de la Ceinture de verdure protégeant l’environnement afin de construire des maisons, affirmant que la crise du logement s’est aggravée et deviendra plus grave en raison de l’augmentation de l’immigration.

M. Ford a déclaré qu’il accueillait une récente annonce du gouvernement fédéral selon laquelle il cherchait à augmenter les niveaux d’immigration, attirant 500 000 personnes en 2025.

Mais, a-t-il dit, si des centaines de milliers de nouveaux résidents supplémentaires arrivent chaque année en Ontario, il n’y aura nulle part où les loger.

«Je suis tout le temps ici pour dire que nous avons besoin de plus de personnes (…) nous avons besoin de 385 000 personnes pour occuper les emplois», a déclaré M. Ford lundi lors d’une conférence de presse indépendante, livrant son message souvent cité sur la pénurie de main-d’œuvre en Ontario.

Selon M. Ford, quelque 300 000 de ces nouveaux arrivants s’établiront en Ontario.

«Où allons-nous mettre 300 000 personnes par an, près d’un million de personnes en trois ans, à cause de l’inaction des gouvernements précédents qui n’ont pas voulu prendre des mesures audacieuses pour faire construire des logements?» a-t-il questionné.

«Nous allons nous assurer de faire construire des logements.»

La province a annoncé vendredi qu’elle proposait de retirer des terres de la Ceinture de verdure, qui a été créée pour protéger les régions écosensibles du développement, dans le but d’y construire au moins 50 000 nouvelles maisons, tout en ajoutant de nouvelles terres ailleurs.

Cela est une étape que le gouvernement s’est engagé l’année dernière à ne pas franchir.

M. Ford a déclaré lundi que la situation avait changé.

«Nous sommes dans une période sans précédent en matière de logement, a-t-il dit. Nous avons aujourd’hui une crise du logement que nous n’avions pas il y a quatre ans.»

La province a lancé une consultation de 30 jours sur le retrait d’environ 7400 acres dans 15 zones différentes de la Ceinture de verdure et l’ajout de 9400 acres ailleurs. Cette décision intervient alors que la province s’est fixé comme objectif de construire 1,5 million de logements en 10 ans.

Les politiciens de l’opposition et les groupes environnementaux ont critiqué l’annonce de la semaine dernière, affirmant qu’elle nuirait à la Ceinture de verdure et à son rôle dans l’arrêt de l’étalement urbain et la protection des terres agricoles, des forêts et de l’eau potable.

«Le gouvernement devrait avoir honte et la population de l’Ontario devrait être scandalisée», a écrit dans un communiqué Phil Pothen, responsable du programme environnemental de l’Ontario pour Environmental Defence. 

Le chef du Parti vert, Mike Schreiner, a déclaré lundi que maintenant que M. Ford est revenu sur une loi qui imposait des contrats aux travailleurs de l’éducation – en promettant de l’abroger – il devrait désormais porter son attention sur la Ceinture de verdure.

«Le premier ministre a montré qu’il peut admettre quand il a tort – et découper des parcelles de la Ceinture de verdure en cadeaux aux promoteurs pro-étalement et aux riches spéculateurs fonciers est la définition de l’erreur», a-t-il écrit dans un communiqué.

L’Ontario a créé la Ceinture de verdure en 2005 pour protéger les terres agricoles et celles écosensibles de la région élargie du Golden Horseshoe contre le développement.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.