La chef de police de Fredericton dit que les francophones seront mieux servis

FREDERICTON — La chef de police de Fredericton affirme que le corps de police prend des mesures pour mieux servir les francophones à la suite de plaintes selon lesquelles deux agents n’ont pas respecté tout à fait la Loi sur les langues officielles lors d’un contrôle sur la route en juin dernier.

Un rapport sur l’incident recommande qu’un rappel de leurs obligations d’offrir un service tant en français qu’en anglais soit fait à tous les policiers non bilingues, et qu’au moins un policier bilingue se rende disponible pour une intervention dans un temps raisonnable.

La chef Leanne Fitch a indiqué que les évaluations par le corps de police avaient montré que plus de 30 employés s’expriment, dans une certaine mesure, en français.

Elle a souligné que les offres d’embauche incluaient désormais le bilinguisme comme une préférence ou un atout, tout en ajoutant qu’il ne pouvait pas s’agir d’une condition essentielle étant donné que le bassin de candidats qualifiés serait trop restreint.

Mme Fitch a affirmé que des ressources additionnelles seraient prévues pour offrir une certaine formation de français aux policiers et aux membres du personnel.