La Chine dénonce les mesures des É.-U. contre ses entreprises traitant avec la Russie

PÉKIN, Chine — Pékin a protesté samedi contre les sanctions américaines prises à l’encontre de nouvelles entreprises chinoises qui auraient tenté d’échapper aux contrôles américains des exportations vers la Russie, estimant qu’il s’agissait d’une mesure illégale qui mettait en péril les chaînes d’approvisionnement mondiales. 

Mercredi, le département américain du Commerce a inscrit cinq entreprises établies en Chine et à Hong Kong sur sa «liste d’entités», leur interdisant de faire du commerce avec des entreprises américaines sans l’obtention d’une licence spéciale presque impossible à obtenir. 

Washington a renforcé l’application des sanctions contre les entreprises étrangères qu’il considère comme apportant une aide à la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine, les obligeant à choisir entre faire du commerce avec Moscou ou avec les États-Unis. Au total, 28 entités de pays allant de Malte à la Turquie en passant par Singapour ont été ajoutées à la liste.

Le ministère chinois du Commerce a déclaré dans un communiqué que l’action des États-Unis «n’a aucun fondement dans le droit international et n’est pas autorisée par le Conseil de sécurité des Nations unies». 

Il s’agit d’une sanction unilatérale typique et d’une forme de «juridiction de longue portée» qui porte gravement atteinte aux droits et intérêts légitimes des entreprises et affecte la sécurité et la stabilité de la chaîne d’approvisionnement mondiale. La Chine s’y oppose fermement, précise le communiqué. 

«Les États-Unis doivent immédiatement corriger leurs actes répréhensibles et mettre fin à la suppression déraisonnable des entreprises chinoises. La Chine préservera résolument les droits et les intérêts légitimes des entreprises chinoises», ajoute le communiqué. 

Les dernières sanctions ont été imposées à Allparts Trading, Avtex Semiconductor, ETC Electronics, Maxtronic International et STK Electronics, toutes enregistrées à Hong Kong. 

La liste identifie les entités — essentiellement des entreprises — que les États-Unis soupçonnent «d’avoir été impliquées, d’être impliquées ou de présenter un risque important d’être ou de devenir impliquées dans des activités contraires à la sécurité nationale ou aux intérêts de la politique étrangère des États-Unis», a déclaré le département. 

Les entités citées ont été désignées comme «utilisateurs finaux militaires» pour avoir «tenté d’échapper aux contrôles à l’exportation et acquis ou tenté d’acquérir des articles d’origine américaine à des fins de soutien à la base industrielle militaire et/ou de défense de la Russie», a indiqué le département. 

La protestation chinoise est similaire à celle qui a été exprimée en février après que les États-Unis ont annoncé des sanctions contre la société chinoise Changsha Tianyi Space Science and Technology Research Institute, également connue sous le nom de Spacety China. 

Le département a spécifié que la société avait fourni à l’armée privée russe Wagner Group des images satellite de l’Ukraine pour soutenir les opérations militaires de Wagner dans ce pays. Une filiale basée au Luxembourg de Spacety China a également été visée.

À l’époque, le ministère chinois des Affaires étrangères avait accusé les États-Unis d’intimidation pure et simple et de pratiquer une politique de deux poids deux mesures en sanctionnant ses entreprises tout en intensifiant ses efforts pour fournir des armes défensives à l’Ukraine. 

La Chine a maintenu sa neutralité dans le conflit, tout en soutenant la Russie politiquement, rhétoriquement et économiquement, alors que les pays occidentaux ont imposé des sanctions punitives et cherché à isoler Moscou pour l’invasion de son voisin. 

La Chine a refusé de critiquer les actions de la Russie, a dénoncé les sanctions économiques occidentales contre Moscou, a maintenu des liens commerciaux et a affirmé une relation «sans limites» entre les deux pays quelques semaines avant l’invasion de l’année dernière. 

Le président chinois Xi Jinping s’est rendu à Moscou le mois dernier et la Chine a annoncé vendredi que le ministre de la Défense, le général Li Shangfu, se rendrait en Russie la semaine prochaine pour rencontrer son homologue Sergei Shoigu et d’autres responsables militaires. 

Toutefois, le ministre des Affaires étrangères Qin Gang a déclaré vendredi que la Chine ne vendrait pas d’armes à l’une ou l’autre des parties en conflit, répondant ainsi aux préoccupations occidentales selon lesquelles Pékin pourrait fournir une assistance militaire pure et simple à la Russie.

«En ce qui concerne l’exportation d’articles militaires, la Chine adopte une attitude prudente et responsable», a fait valoir M. Qin lors d’une conférence de presse avec son homologue allemande Annalena Baerbock, en visite dans le pays. «La Chine ne fournira pas d’armes aux parties concernées par le conflit et elle gérera et contrôlera les exportations de biens à double usage conformément aux lois et aux réglementations».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.