La Chine rapporte près de 60 000 décès liés à la COVID-19 depuis décembre

PÉKIN, Chine — La Chine a signalé samedi près de 60 000 décès chez des personnes atteintes de la COVID-19 au pays depuis le début du mois de décembre, à la suite de plaintes selon lesquelles elle ne publiait pas de données. Dans une déclaration, on indique que le sommet de la dernière vague semble avoir passé.

Le bilan comprend 5503 décès attribuables à une insuffisance respiratoire causée par la COVID-19 et 54 435 décès attribuables à d’autres maladies, combinés à la COVID-19, depuis le 8 décembre, a annoncé la Commission nationale de la santé. Selon la commission, ces «décès liés à la COVID-19» sont survenus dans les hôpitaux, ce qui a laissé entrevoir la possibilité d’un bilan des victimes plus élevé à cause des personnes qui ont succombé à la maladie à la maison.

Le rapport ferait plus que doubler le nombre officiel de décès liés uniquement à la COVID-19 en Chine, à 10 775 depuis que la maladie a été détectée pour la première fois dans la ville centrale de Wuhan à la fin de 2019.

La Chine a cessé de déclarer des données sur les décès et les infections liés à la COVID-19 après avoir soudainement levé les contrôles sanitaires au début du mois de décembre, malgré une vague d’infections qui a commencé en octobre et qui a rempli les hôpitaux de patients fiévreux et avec une respiration sifflante .

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et d’autres gouvernements ont lancé un appel à la transparence après que des rapports des gouvernements municipaux et provinciaux aient laissé entendre que des centaines de millions de personnes en Chine auraient contracté le virus.

Le pic de la dernière vague d’infection semble avoir passé en raison de la baisse du nombre de patients visitant les cliniques, a déclaré un fonctionnaire de la Commission nationale de la santé, Jiao Yahui.

Le nombre quotidien de personnes se rendant à ces cliniques a culminé à 2,9 millions le 23 décembre et a chuté de 83% à 477 000 visites jeudi, selon Jiao.

«Ces données montrent que le pic national d’urgence est passé», a déclaré Jiao lors d’une conférence de presse.

Le Canada, les États-Unis, la Corée du Sud et d’autres pays ont imposé des tests de dépistage et d’autres mesures de contrôle aux voyageurs qui arrivent de Chine. Pékin a riposté mercredi en suspendant la délivrance de nouveaux visas aux voyageurs en provenance de Corée du Sud et du Japon.

La Chine dit avoir maintenu son taux d’infection et de décès à un niveau inférieur à celui des États-Unis et d’autres pays au plus fort de la pandémie grâce à une stratégie «zéro COVID» qui visait à isoler chaque cas. Cela a fermé l’accès à certaines villes, gardé des millions de personnes à la maison et déclenché des manifestations de colère.

L’âge moyen des personnes décédées depuis le 8 décembre est de 80,3 ans et 90,1 % sont âgées de 65 ans et plus, selon la Commission de la santé. Elle a indiqué que plus de 90 % des personnes décédées avaient le cancer, des maladies cardiaques, pulmonaires ou rénales.

«Le nombre de patients âgés qui meurent d’une maladie est relativement élevé, ce qui suggère que nous devrions accorder plus d’attention aux patients âgés et faire de notre mieux pour leur sauver la vie», a déclaré M. Jiao.

Ce mois-ci, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a rapporté que des représentants de l’agence ont rencontré des représentants chinois pour souligner l’importance de partager plus de détails sur les problèmes liés à la COVID-19, y compris les taux d’hospitalisation et de séquençages.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.