La Colombie-Britannique a connu un record de surdoses mortelles l’an dernier

VANCOUVER — Les surdoses de drogues illicites ont fait 1422 morts en Colombie-Britannique l’an dernier, une hausse de 43 pour cent par rapport à 2016, et ce bilan record est dû notamment aux ravages du puissant fentanyl.

La coroner en chef de la province, Lisa Lapointe, a indiqué mercredi que cette crise de santé publique touche toutes les sphères de la société. Elle soutient que les différents ministères du gouvernement doivent continuer à travailler de concert pour sensibiliser la population et réduire les effets dévastateurs des dépendances aux drogues.

La Colombie-Britannique a déclaré l’«état d’urgence» en avril 2016, ce qui a ouvert la voie à la création de nouveaux sites d’injection supervisée, et accéléré la distribution de la naloxone, un antidote qui peut sauver la vie d’un consommateur d’opioïde victime d’une surdose.

La coroner signale par ailleurs une hausse des décès par surdose pendant les cinq jours qui suivent l’émission des chèques d’aide sociale, avec en moyenne six morts par jour.

Plus de la moitié des victimes en 2017 étaient âgées de 30 à 49 ans, et 80 pour cent étaient des hommes.

La province a commencé en décembre la distribution gratuite de trousses de naloxone dans les pharmacies, afin de réduire le nombre de décès. Environ 1900 trousses ont été envoyées dans 220 pharmacies de la province.