La Colombie-Britannique maintient les restrictions de novembre, à cause des variants

VICTORIA — La Colombie-Britannique maintient les restrictions sanitaires imposées en novembre afin de ralentir davantage la progression du coronavirus, au milieu des préoccupations concernant les nouveaux variants.

La médecin hygiéniste en chef, Bonnie Henry, avait imposé de nouvelles restrictions en novembre dernier, alors que le nombre de cas augmentait dans la province. On interdisait ainsi tout rassemblement de personnes qui ne sont pas du même foyer.

Elle a expliqué vendredi qu’avant de lever ces restrictions, il fallait encore donner un coup de collier afin que les programmes sportifs pour les jeunes, les cérémonies religieuses et les interactions sociales limitées puissent reprendre d’ici la fin du mois de février.

La docteure Henry a estimé que les restrictions devaient être maintenues pour aplatir encore la courbe à mesure que davantage de vaccins seront disponibles. Mais elle craint aussi que cet effort soit freiné par certains événements au calendrier en février: le Super Bowl, la fête de la Famille, le Nouvel An lunaire chinois et la Saint-Valentin.

La docteure Henry et le ministre de la Santé, Adrian Dix, disaient craindre cette semaine que le Super Bowl soit «super-propagateur», dimanche.

La province a enregistré vendredi 10 nouveaux cas des variants britanniques ou sud-africains, sur un total de 28 nouveaux cas de COVID-19. Parmi les 19 cas du variant britannique recensés jusqu’ici, cinq étaient liés aux voyages, tandis que l’un des neuf cas du variant sud-africain était lié aux voyages.

Laisser un commentaire