La Colombie-Britannique planifie un déconfinement à partir de la mi-mai

VICTORIA — La Colombie-Britannique a dévoilé son plan de réouverture graduelle de son économie qui prévoit la relance de certains services de santé, commerces, restaurants et musées dès la mi-mai.

En plus de ces activités économiques et sociales, la province va permettre les rassemblements de deux à six personnes entre familles et amis. Les grands regroupements de 50 personnes et plus demeurent interdits.

Toutes les démarches de reprise sont conditionnelles au respect des consignes visant à contrôler la propagation de la COVID-19.

Si le déclin soutenu du nombre de cas dans la province, depuis quelques semaines, permet d’assouplir les mesures de confinement, le premier ministre John Horgan prévient la population qu’elle doit demeurer vigilante.

«Si l’on relâche notre discipline, tout les efforts que l’on a fait jusqu’ici seront perdus, met-il en garde. Il faut bien faire les choses. Il ne s’agit pas d’un retour à la normale. Il faut s’adapter à la nouvelle réalité.»

Mercredi, la médecin-hygiéniste en chef Dre Bonnie Henry a rapporté 23 nouveaux cas d’infection à la COVID-19 et trois décès. On recense 124 victimes et 2255 cas au total depuis le début de l’épidémie en Colombie-Britannique.

Les hôtels, centres de villégiature et les parcs pourront par la suite accueillir des clients en juin, puis certains lieux de divertissements suivront en juillet, mais pas les grands concerts.

Pour la rentrée des classes en septembre, on prévoit une combinaison de cours en ligne et en personne pour les niveaux post-secondaires. Les plus jeunes, de la maternelle à la 12e année, retourneront à l’école.

En ce qui concerne les congrès, les grands spectacles, le tourisme étranger et les foules de spectateurs assistant aux activités de sport professionnel, la province n’a pas l’intention de les permettre avant la disponibilité d’un vaccin, l’atteinte d’une immunité collective efficace ou la découverte d’un traitement contre la maladie à COVID-19.

En bref, dès la mi-mai, il sera possible en Colombie-Britannique d’obtenir des soins de santé, incluant massothérapie et chiropractie; de magasiner; d’aller chez le coiffeur; d’aller au restaurant; de visiter les musées et les galeries d’art; de retourner au bureau; de pratiquer des sports et loisirs; d’aller à la plage; d’envoyer les enfants à la garderie.

En juin, il sera possible de fréquenter les hôtels; d’aller camper; de reprendre les productions cinématographiques.

En juillet, on pourra aller au cinéma ou à un concert, mais avec un public restreint.