La commissaire dit s’excuser au nom de la GRC à l’enquête publique sur la tuerie

HALIFAX — La commissaire de la GRC, Brenda Lucki, s’est excusée mercredi pour l’incapacité du corps policier à répondre aux attentes du public lors de la fusillade de masse de 2020 en Nouvelle-Écosse, affirmant qu’elle espère que la confiance reviendra avec le temps.

«Je veux m’excuser au nom de la GRC, mais de telle manière que nous n’étions pas ce que vous attendiez de nous (…) ou ce que nous devions être pour vous», a déclaré la commissaire vers la fin de sa deuxième journée de témoignage à l’enquête publique.

L’enquête publique – connue sous le nom de Commission des pertes massives – examine comment un denturologiste de 51 ans avec un dossier de violence a acquis une réplique d’un véhicule de police, des armes semi-automatiques et a commis 22 meurtres en 13 heures les 18 et 19 avril 2020.

«J’aurais aimé que nous ayons pu être plus et être différents et que nous ayons pu prédire et avoir plus de recul. (…) Mais je pense toujours que (la tuerie) était extrêmement odieuse; je n’ai jamais rien vu de tel. J’ai 37 ans d’expérience», a déclaré Mme Lucki.

Les excuses sont venues à la fin d’une journée au cours de laquelle la commissaire a été interrogée à plusieurs reprises par les avocats des familles des victimes au sujet de l’incapacité de la GRC à mettre en œuvre rapidement des réformes à la suite des meurtres en Nouvelle-Écosse et après des examens et enquêtes antérieurs liés à d’autres tragédies.

Josh Bryson, un avocat de la famille de deux victimes, a demandé à Mme Lucki pourquoi la GRC ne semblait pas avoir mis en œuvre les recommandations d’un examen du 13 janvier 2020 de l’enquête de la GRC sur l’homicide de Colten Boushie, un homme de 22 ans de la Première Nation de Red Pheasant en Saskatchewan, qui a été tué par balle dans une ferme rurale près de Biggar, en Saskatchewan, en 2016. Cet examen a révélé que les enquêteurs des crimes majeurs avaient eu une «présence tardive» sur les lieux du crime.

M. Bryson a noté que la police a mis plus de 18 heures avant d’entrer dans la maison de Peter et Joy Bond, qui faisaient partie des 22 personnes tuées par un homme armé au volant d’une réplique de véhicule de police les 18 et 19 avril 2020.

Soulignant que l’avocat a soulevé «beaucoup, beaucoup de bons points», la commissaire Lucki a avancé l’hypothèse que la GRC n’avait pas correctement communiqué les leçons tirées des cas passés aux policiers.

«Avons-nous correctement communiqué cette (politique) aux gens et aux membres de la GRC? Peut-être que nous ne l’avons pas fait. Peut-être avons-nous la responsabilité de mieux communiquer nos politiques», a-t-elle déclaré.

Me Bryson a répondu: «Vous êtes assise ici aujourd’hui, deux ans plus tard, et vous ne savez pas pourquoi la maison Bond est restée sans surveillance pendant 18 heures? Et vous n’avez délégué personne pour examiner cela, n’est-ce pas?»

«Non, je ne l’ai pas fait», a répondu Mme Lucki.

Selon elle, son travail est de voir les problèmes à «10 000 pieds», ajoutant qu’elle ne peut pas personnellement aborder en détail les réformes politiques passées, telles que les changements dans la façon dont les agents réagissent aux tueries de masse.

Plus tard mercredi, Jane Lenehan, qui représente la famille de la victime Gina Goulet, a déclaré que ses clients pensaient que la GRC les avait «misérablement» laissés tomber parce que la scène du meurtre de Gina Goulet n’était pas sécurisée et sans surveillance. Dans les semaines qui ont suivi les meurtres, la famille de la victime a trouvé une douille et un morceau de plomb dans sa maison, a déclaré Me Lenehan à la commissaire Lucki.

La fille et le gendre de Gina Goulet ont déclaré que la GRC ne les avait jamais officiellement informés de la mort de leur être cher et ne les avait pas informés rapidement de l’endroit où son corps avait été emmené.

Lorsqu’on lui a demandé si ces actions répondaient aux attentes, Mme Lucki s’est d’abord excusée et a poursuivi en disant: «Personne ne ferait cela intentionnellement, mais cela ne rend pas les choses correctes.»

La commissaire a déclaré qu’elle «s’engagera à respecter toutes les recommandations que nous pourrons mettre en œuvre à partir de cette commission».

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.